Accueil > Blogue > Voyages > Vol AF276 pour Tokyo: en route pour le Japon en A380 !

Vol AF276 pour Tokyo: en route pour le Japon en A380 !

Nous voilà repartis (ou presque). Suite à ce billet sur le choix de nos vacances de l'été dernier, l'idée d'un second voyage au Japon a fait son petit chemin. Il aura fallu un pari sur le mode de préparation des poires belle-hélène (si, si) et de mon anniversaire en mai dernier pour que cette idée se transforme en projet concret. Pourquoi (encore) aller là-bas ? Je ne parle pas du tout le japonais, je n'apprécie pas plus que ça les mangas, je ne me suis jamais déguisé en Goldorak (quoique...), je ne cours pas (du tout) après les sushis et en bon ex-parisien, j'ai horreur de la foule. Alors ? Justement, c'est parce qu'il n'y a pas que ça au Japon. Il y a tellement d'autres choses; c'est tellement différent, tellement dépaysant. Et surtout, je ne m'y suis jamais senti oppressé par la foule.

L'envie d'aller au Japon m'est venue d'une part à la suite du séjour d'un couple d'amis, littéralement enchantés par leur voyage, et d'autre part au visionnage du film de Sofia Coppola, Lost in Translation; certaines critiques de ce film mettent en avant l'incapacité de Bill murray à s'adpater à son environnement (ou sa volonté manifeste de ne pas vouloir le faire), et que le film aurait pu se dérouler n'importe où ailleurs dans le monde. J'avoue que je suis un grand fan de Bill Murray (j'assume !), mais ce n'est pas la raison pour laquelle j'adore ce film, mais  c'est paradoxalement ce qu'on ne voit pas, ou trop peu: le Japon. Mais le peu que l'on nous laisse voir (côté photographie, on peut dire que Sofia Coppola connaît son affaire) m'a donné très envie d'en découvrir plus par mes propres yeux. Et lors de notre voyage en 2005, je n'ai pas été déçu, au contraire. C'est vrai qu'il est difficile de communiquer avec les japonais en général, de se repérer, parfois, de comprendre ce qui se passe autour de soi, souvent (un côté Lost in Translation, peut-être ?), mais j'ai adoré ce trop court séjour !

blo_japon-a380af

Nous comptons bien sur ce nouveau voyage pour en prendre à nouveau plein les yeux, et en apprendre un peu plus sur les japonais, au travers de nos différentes lectures, et de nos activités sur place, avec notamment un safari photo à Tokyo avec David (lejapon.fr), et également la location d'une maison à Kyoto, avec la présence d'un 'travel angel'. J'espère que nous aurons une meilleure expérience que Gael (kanpai.fr). Mais n'oublions pas la gastronomie japonaise; nous avons la chance à Rennes d'avoir un restaurant japonais loin des traditionnels clichés, même s'il y a tout de même des sushis à la carte (cependant excellents), je veux parler du (roulement de tambours...) Mizuna. Alors, même si les horaires du restaurant ont changé récemment, il reste une excellente adresse pour qui veut avoir un aperçu de la gastronomie nippone. Et j'espère bien profiter de ce voyage pour profiter de la richesse cette cuisine et goûter de nouvelles choses. Enfin, il paraît que le natto au petit déjeuner, c'est pas facile à avaler.

Côté organisation, nous nous occupons de tout, cette fois-ci, contrairement à notre premier séjour, où nous avions opté pour un pack Directours. Cette fois-ci, nous partons 15 jours, fin novembre, pour profiter de l'automne. Les billets d'avion sont réservés depuis longtemps. J'ai profité de la promo de lancement de l'A380 avec Air France sur la liaison Paris-Tokyo en juin dernier: 759 euros l'A/R. En vol direct, pas facile de trouver moins cher; les prix hors promotion avec Air France ou Japan Airlines, sont aux alentours de 1.000 euros. En revanche, en vol indirect, il faut surveiller les promos. Récemment, Swiss proposait un A/R avec escale pour 637 euros. Lufthansa, qui effectue également la liaison en A380 (mais moteurs Rolls Royce), propose régulièrement des tarifs aux alentours de 700 euros. Il y a aussi moins cher, avec Aeroflot, par exemple. Tout dépend du rapport prix/confort/temps passé sur place...

Jardin zen du temple Ginkaku Ji, Kyoto

Notre programme consiste à rester les 5 premiers jours à Tokyo, au cours desquels nous irons visiter les alentours (Kamakura entre autres Nikko ?) et certainement faire un petit tour vers Shizuoka pour voir le Gundam de 18 mètres de haut (non non, je ne suis pas fan de mangas, je le répète). Ensuite, direction Osaka, pour une nuit, avant d'aller passer 2 jours au mont Koya. Retour à Osaka avant de passer 5 jours dans une maison à Kyoto, d'où nous rayonnerons pour Nara, Ohara, voire Hiroshima et Miyajima si nous en avons le temps et l'énergie. Pour tous ces déplacements (ou presque), nous avons pris un JR Pass de 14 jours chez Voyageurs au Japon, largement rentabilisé par les gros trajets en Shinkansen (Tokyo-Shizuoka, Tokyo-Osaka, etc).Pour l'hébergement, à part Kyoto, nous avons opté pour des hôtels, hormi la nuit au mont Koya, où nous dormirons dans l'un des 52 temples du coin. Toutes les réservations ont été effectuées soit via le site même internet des hôtels (pour Tokyo et Osaka), ou bien via un intermédiaire (Hotels.com pour notre dernière nuit du séjour et l'International Tourism Center of Japan pour le mont Koya).

Voilà, pour l'instant, notre programme. Ce qui est sûr, c'est que nous n'aurons pas le même rythme qu'auparavant, car même si Claire va mieux, elle n'a pas retrouvé sa mobilité d'avant l'AVC. Notre dernière expérience de voyage à deux, à Venise il y a 1 an, avait plutôt été encourageante de ce côté-là. En prenant les choses de manière optimiste, disons que nous profiterons certainement plus de notre séjour en courant moins dans tous les sens. C'est pourquoi Nikko et Hiroshima-Miyajima sont mis au conditionnel, car ils représentent de grosses journées (plus de 2h de transport aller). J'espère profiter des connexions internet à disposition pour raconter nos aventures en direct, soit via ce site (ce qui lui donnera un peu de vie), ou via mon compte twitter @carnetsdimages. A bientôt, donc, je cours finir les bagages et vérifier la validité de mon passeport :) !