Accueil > Blogue > Voyages > Japon 2010: Journée zen au Koya-san

Japon 2010: Journée zen au Koya-san

Un peu plus de deux heures après avoir quitté la gare Nankai d'Osaka, nous arrivons au Koya-san pour visiter, et passer la nuit dans l'un des cinquantes temple des environs. Le Koya-san est le principal centre du bouddhisme Shingon et forme un complexe de 117 temples. A l'arrivée à la gare de Koya-san via le funiculaire, nous sautons dans un bus pour rejoindre le centre ville (village ?) à 2km de là. Les bus sont obligatoires pour qui veut se rendre en ville (en gros, la route est interdite aux piétons): la route est très étroite et serpente le long des montagnes. Quand un bus passe, et tourne dans les virages, autant dire qu'il occupe toute la largeur de la route.

Koya-san, vers Garan

Le froid est vif lorsque nous quittons le bus: pourtant, nous ne sommes qu'à environ 800m d'altitude. Nous décidons de manger avant de commencer notre visite et rejoindre notre temple pour la nuit (la nuit tombre tôt, vers 16h45 !), et nous entrons dans un tout petit restaurant tenu par deux mamies; nous ressortons à l'extérieur pour montrer dans la vitrine les plats que nous avons choisi, brrrr !

Koya-san, dans le cimetière Okuno-in de nuit

Notre déjeuner avalé, et bien réchauffés, nous repartons à l'assaut de la ville, en commançant par le Kongōbu-ji à partir duquel sont gérées les affaires religieuses des 3600 temples de la secte Shingon. Suivent ensuite le Garan avec notamment la pagode Konpon Daitō. Nous réservons le Daimon pour le lendemain, car la nuit tombe déjà. Nous reprenons le bus pour rejoindre notre hébergement pour la nuit, le temple Sekishoin. A l'intérieur, il fait aussi froid que dehors. Le moine qui nous accueille nous installe dans notre chambre à la japonaise, avec tatami et portes coulissantes. Il branche le chauffage à 25°C et nous explique le déroulement de la soirée et de la matinée à venir: repas à 17h30, cérémonie à 6h30, puis petit déjeuner. Le temple reste ouvert toute la nuit, et nous en profitons pour faire une balade nocturne à deux pas de là, dans Okuno-in, un immense cimetière de 200 000 pierres tombales de samourais, de personnalités et de gens ordinaires, dans une immense forêt de cèdres. La nuit, c'est fantasmagorique !