Accueil > Carnets de voyage > Amériques > Canada 1998 > Canada 1998: Québec (la ville)

Canada 1998: Québec (la ville)

Québec (la ville)

La gare de Québec Premier jour de l'automne. Au programme, visite du vieux Québec (intra-muros et le vieux port)... avec la pluie au rendez-vous. Il fait pourtant assez chaud. Après avoir pris notre petit déjeuner et fait plus ample connaissance avec Bernard, nous partons en balade. On commence par aller jusqu'à la gare, pour prendre des billets de bus pour aller à Montréal, et en profiter aussi pour réserver un gîte, dont Bernard nous a donné les coordonnées. Nous devons aussi confirmer notre retour à la compagnie aérienne. Après être débarrassés de toutes ces formalités, nous goûtons pour la première fois à la poutine, dont en entend parler partout depuis le début : frites et morceaux de viande arrosés de sauce et de fromage... Pas terrible, mais très bourratif.

Une rue de Québec Nous passons le reste de l'après midi à flâner dans les rues très touristiques du vieux Québec intra-muros, et à écrire des dizaines de cartes postales devant un verre de bière. Cette ambiance touristique, dans de "vieux" murs me rappelle un peu Carcassonne. Le matin, on voit les cars débarquer leurs flots de touristes, qui se précipitent dans les rues commerçantes. La quiétude de la Gaspésie et du Saguenay est bien loin... Mais, c'est tout de même sympa à voir. Le soir venu, tout se calme un peu, les rues deviennent un peu moins agitées. Enfin, à cette époque de l'année en tout cas.

Le château Frontenac la nuit Sur le guide pour visiter le vieux Québec, on nous fait passer par les rues les plus commerçantes, et ça n'est pas vraiment génial. Le plus hallucinant, c'est de voir tout le monde prendre des photos des rues les plus commerçantes, notamment la rue du Petit Champlain, qui n'a de remarquable que son caractère hautement commercial. Cela dit, en dehors de ces rues, c'est tout de même agréable, pour une ville :) Les petites maisons de la fin 1800 ont leur charme. Après un petit dîner au Petit Coin Latin, nous allons au bastion du Roi pour prendre quelques clichés du château Frontenac la nuit, et du port embrumé, par la même occasion....

Québec (la ville)

Le château Frontenac vu du port Aujourd'hui, 100% de pluie annoncé : ça a le mérite d'être clair... et nous n'y échappons pas ! C'est le temps idéal pour aller visiter... les musées; ça tombe bien, "on" comptait justement visiter le musée de la Civilisation ;-\. En plus, c'est gratuit le mardi. Ce musée est vraiment surprenant : le concept est de garder une mémoire de l'humanité, et accessoirement, de l'histoire du Québec. Il existe deux expositions permanentes : Objets de Civilisation et Mémoires. Dans la première exposition, on trouve donc, comme son nom l'indique, des objets de toutes sortes et de tous âges : meubles, outils, vêtements, etc. Un petit regret : la fonction de chaque objet n'est pas toujours évidente et il y a bien peu de commentaires.

Dans la deuxième exposition (les mémoires), c'est assez amusant de voir à quel point les québécois (et plus largement les nord-américains) se rattachent au plus infime détail ou objet historique. Tout ce qui a plus de 50 ans fait partie du patrimoine historique, ici. Et c'est bien compréhensible, pour des nations aussi jeunes. A la sortie, il pleut toujours de cordes. Nous allons donc faire un peu de "magasinage", le temps que cela se calme.

Coucher de soleil sur Québec Profitant d'une accalmie, nous sortons des remparts et allons nous promener dans le parc des Champs de Bataille (la plaine d'Abraham). Très agréable, ce coin-là ! C'est ce moment que le soleil choisit pour faire son apparition... Apparition tardive et quelque peu limitée à un ruban de ciel bleu le long de l'horizon, certes, mais quelle apparition. Il illumine de plein fouet, et d'une chaude lumière le château Frontenac, sur un fond de nuages noirs... Nous nous contenterons de la vue sur les quelques gratte-ciels de Québec... Nous mettons pas mal de temps pour trouver un endroit où manger...

En sortant des murs, nous tombons sur le Dazibo Café. Nous entrons, séduits par la carte et la déco du lieu... Excellent choix ! Je pense avoir pris un peu froid, et, pour me remonter, je commande en fin de repas un irish cofee, où plutôt, un café irlandais ;o). Comme la patronne est irlandaise, il est évidemment délicieux :o) Son mari est français, de Besançon, et il se sont installés ici depuis 4 ans. Apparemment, c'est pas si évident que ça de gagner sa vie par ici... On a plutôt l'image d'un Eldorado, de chez nous, mais c'est tout autre chose. Il ne faut pas se voiler la face : le chômage est plus élevé au Québec qu'en France. Et les conditions de travail ne sont pas forcément aussi avantageuses, par rapport par exemple à nos 5 semaines de congé payés...