Accueil > Carnets de voyage > Amériques > Canada 1998 > Canada 1998: Québec - Montréal

Canada 1998: Québec - Montréal

Québec - Montréal

Nous prenons congé de Bernard aujourd'hui. Notre bus part vers 12h00 de la gare de Québec. Il fait un soleil magnifique : il attendait que nous partions, je suis sûr :o). Mais il ne fait pas très chaud. Nous devrions arriver dans la capitale vers 15h00. Après avoir fait un dernier petit tour sur l'esplanade devant le château Frontenac, nous embarquons dans notre bus. Sur le trajet, le paysage est vraiment magnifique : les arbres ont pris de très belles couleurs et enflamment tout notre parcours. En arrivant sur Montréal, nous avons le temps d'apercevoir le stade Olympique, avec sa fameuse tour penchée, et la biosphère, vestige de l'exposition universelle. Nous passons à nouveau sur un pont absolument monstrueux, encore plus gros que celui de Québec lorsque nous avons traversé le Saint-Laurent.

Architectures à Montréal A l'arrivée à la gare routière, nous attendons patiemment 16 heures, heure à laquelle nous avons rendez-vous au gîte. J'en profite pour me renseigner au guichet du métro pendant que Claire parcourt les guides pour élaborer notre plan d'attaque :o). Le type du métro est super sympa : il me fait tout un discours sur le fonctionnement du métro, sur ce qu'il y a à voir à Montréal, et comment s'y rendre en transports, etc. Trop fort ! A l'heure dite, nous prenons le métro en direction de Place des Arts. Nous sortons à l'air libre, en nous manquant de nous perdre dans le dédale de la ville souterraine, et ses centaines de magasins. C'est complètement fou ! Le gîte se trouve tout prêt, dans une maison de style victorien. La chambre est chouette, et le gars pas très causant. Il a plutôt l'air de planer un peu à 10.000 mètres...

Sur le vieux port... Nous sortons faire notre première (vraie) sortie dans les rues de Montréal : nous attaquons donc le boulevard Saint Laurent, où se trouve notre gîte, en montant. Les gens ont l'air tranquilles, détendus. La ville comporte peu d'immeubles de plus de quatre étages, ce qui donne un air dégagé aux quartiers. Nous redescendons par la rue Saint Denis, pour rejoindre la rue Sainte Catherine, pas très très gaie à cet endroit-là. Nous continuons donc notre marche pour nous retrouver sur le vieux port, au soir. Il n'y a personne, c'est pratiquement désert. On mange dans un petit restaurant mexicain, et je prend une margarita pour calmer ma toux. En sortant, j'essaye de joindre Michel, un québécois avec lequel je correspond depuis à peu près un an. C'est l'occasion ou jamais de nous rencontrer... Il n'est pas chez lui, apparemment. Je lui laisse un message pour qu'il me retrouve le lendemain en fin de journée, dans un pub.

Montréal

Place d'Armes Nous prenons notre petit déjeuner avec... une douzaine de convives... C'est un véritable hôtel, c'est plus un gîte ! Ensuite, nous reprenons la direction du vieux port, dont nous n'avons encore rien vu, pratiquement, malgré notre petit tour de la veille. Nous choisissons de nous y rendre à pied, étant donné le temps superbe qu'il fait. Nous nous arrêtons sur la place d'Armes, devant le premier gratte-ciel de Montréal, qui date de 1888.

Rue Bon Secours Finalement, on peut très bien visiter Montréal à pied, pour ce qui est du centre ville et du vieux port. Pour le reste, il est vrai qu'il est plus rapide de prendre les transports (bus ou métro). Cela dit, ça reste une ville que l'on peut aisément visiter à pied... En été, bien sûr... Parce qu'en hiver, ce doit être une autre paire de manches ! La disparité architecturale est tout de même saisissante, dans cette ville : immeubles de tous âges se côtoient le plus normalement du monde. Nous remontons par la rue Bon Secours, où un film est en tournage, justement à côté des deux maisons les plus anciennes du quartier.

Dans le parc Mont Royal Nous prenons ensuite le métro pour rejoindre le parc du Mont Royal, une gigantesque étendue verte qui domine le centre ville. C'est vraiment un endroit très agréable : il y a des écureuils partout, des gens courent, d'autres font du vélo, d'autre encore, déambulent tranquillement, comme nous... C'est très calme. En grimpant un peu, nous arrivons au "chalet" : il y a un belvédère duquel nous avons une vue sur les gratte-ciels du centre d'affaire et le centre-ville.

Vue sur le centre ville Au loin, nous pouvons apercevoir le Saint Laurent. Nous quittons cet endroit en début d'après midi pour commencer le magasinage, avant de partir. Cela nous permettra de découvrir la ville souterraine, par la même occasion... Nous ne sommes pas déçus : des dizaines et des dizaines de galeries marchandes se succèdent et se ressemblent, sous terre, sur plusieurs étages, que ce soit sous terre, ou encore dans des immeubles... C'est vraiment énorme. Mais, bon, passer la journée dans cet endroit ne nous emballe pas trop, d'autant qu'il n'y a pas de super affaire à réaliser. Nous ressortons donc à l'air libre. Je tente de contacter à nouveau Michel, mon correspondant, mais je tombe à nouveau sur son répondeur.

Le marché Bon Secours, sur le vieux port Je lui donne donc rendez-vous dans un pub, au McLean's, entre 19h00 et 20h30, là où nous avons mangé le premier soir de notre arrivée. Vers 20h00, nous terminons notre litre de bière ;o), et il n'est toujours pas là. Je suis un peu déçu... Mais bon, une autre occasion se représentera bien. Finalement, j'apprendrai à mon retour qu'il a eu un empêchement de dernière minute, et qu'il pu venir me retrouver. La prochaine fois, on s'arrangera mieux ! Nous prenons un repas rapide, puis nous repartons dans la nuit, rejoindre notre gîte pour notre dernière nuit en terre québécoise.