Accueil > Carnets de voyage > Amériques > Canada 1998 > Canada 1998: Chicoutimi - Parc de la Pointe Taillon

Canada 1998: Chicoutimi - Parc de la Pointe Taillon

Chicoutimi - Parc de la Pointe Taillon - Chicoutimi

Splendeurs de la nature québécoise Lise et Emmanuel partent travailler en nous laissant nous préparer. Nous nous sommes décidés pour aller au parc de la Pointe Taillon, sur la rive Nord du lac Saint Jean. Le temps a l'air maussade, mais le soleil semble faire fuir les nuages. Nous nous engageons, une fois de plus, sur les routes québécoises. Je commence à maîtriser le monstre de véhicule. Nous passons par Alma, une ville industrielle, avec une énorme usine hydroélectrique. Une fois passé cette ville, le paysage est vraiment superbe; du vert, quelques sapins, un peu d'eau: j'adore ces couleurs! En arrivant au parc, une surprise nous attend: tous les services et autres activités guidées sont arrêtés, fin de saison oblige. Seule la location de vélo est encore ouverte. Nous louons donc des vélos et nous partons sur le chemin qui longe «la plage» du lac. Cette piste cyclable fait le tour du lac Saint Jean. Enfin, en partie, car, au moment où nous sommes passés, toute une partie était en cours d'aménagement.

La plage, parc de la Pointe Taillon Les paysages que nous découvrons tout au long de notre parcours sont vraiment superbes: tantôt, des plans d'eau dans lesquels se reflètent les sapins, tantôt des écluses impressionnantes de castors : un enchevêtrement incroyable de branches, de boues, sur des mètres et des mètres ! Nous devons nous arrêter tous les 200 m pour en profiter et apprécier le paysage. De temps en temps, quelques écureuils traversent devant nous. En plus, il n'y a absolument personne! Seuls les nuages menaçants nous forcent à faire demi-tour un peu dans le milieu de l'après midi. Juste le temps de prendre quelques clichés, et nous retournons au centre de location, sous quelques gouttes de pluie.

Le lac Saint Jean, sous un ciel menaçant Nous restons quelques instant tout de même sur la plage, le temps s'étant calmé. Nous reprenons cependant le chemin du retour, et nous décidons de faire une petite halte à Joncquière, pour visiter... Mais les villes québécoises sont vraiment différentes des villes européennes: une rue principale ou l'on trouve quelques commerces, et en dehors de ce coin-là, rien que des habitations... C'est très déroutant, et j'avoue que je n'ai pas vraiment accroché à ce style. Nous allons manger au Bistrot de la Tour, à Chicoutimi, juste en face de l'église (qui, pour une fois, n'est pas en bois!): cadre feutré, plein de boiseries partout, bref, ça fait très «pub», et c'est très bien! Nous retrouvons Emmanuel, Lise et Guillaume dans la soirée.

Chicoutimi - L'Anse Saint Jean - Chicoutimi

Le port de l'Anse Saint Jean Le réveil est difficile, aujourd'hui. Il est vrai que nous nous sommes couchés super tard! Il commence de pleuvoir juste après la fin du petit déjeuner. Je commence à me demander si nous allons avoir du beau temps pour le canot... Claire a mal aux mollets, j'ai mal au dos, et je toussote. Les petits vieux ne vont pas faire beaucoup de sport aujourd'hui :o)... Je ne croyais pas si bien bien dire en écrivant ça! La pluie nous a drôlement empêchés de nous balader, ce jour-là. Nous avons commencé (très doucement) par changer nos dollars US, puisque nous n'avons pas pu obtenir des chèques de voyage en dollars canadiens. En fait, on aurait mieux fait de les prendre en francs français, plutôt qu'en dollars US ; ça nous aurait évité de subir deux fois les frais de change. Ensuite, direction les 2 centres commerciaux de Chicoutimi pour lécher les vitrines. Je cherche un blouson imperméable et respirant... à bon prix... Mais, ça n'est pas si facile que ça à trouver. Cela dit, chez l'Aventurier, il y a de très beaux produits de marque (Chlorophile), en solde, aux alentours de 200 dollars canadiens, tout de même ! Bref, nous partons finalement affronter la pluie vers Saint Felix d'Otis pour visiter le village d'époque qui a servi de décor à de nombreux films. Manque de chance, (non, il ne pleut pas!) mais c'est fermé: réouverture en juin 99 ! Grrr !

La réplique d'un pont des Cévennes Malgré tout , nous continuons vers l'Anse Saint Jean, en longeant les arbres qui ont semble-t-il pris quelques couleurs depuis notre arrivée. Les tons virent vers le rouge, l'orange et le jaune... Arrivés sur le petit port de l'unique monarchie d'Amérique du Nord (si, si!), le soleil illumine quelques temps la rivière, pour ensuite se cacher derrière des nuages annonciateurs de pluie... De l'Anse, un chemin mène au cap, d'où on peut apercevoir à nouveau le fjord du Saguenay. Nous faisons une petite pause gastronomique chez Louise, où nous goûtons à ses délicieuses tourtières :o). A ne pas manquer ! Sur le retour, juste après le village, nous tombons sur un pont en bois, couvert, réplique exacte d'un pont des Cévennes. Nous finissons la journée en compagnie de nos hôtes, à Chicoutimi. Emmanuel prépare les réserves d'énergie pour les deux jours de canot qui s'annoncent ;o).