Accueil > Carnets de voyage > Amériques > Canada 1998 > Canada 1998: Percé, île de Bonaventure, Carleton

Canada 1998: Percé, île de Bonaventure, Carleton

Percé - Ile de Bonaventure - Carleton

Les falaises de l'île de Bonaventure Joyeux anniversaire, Claire, mes voeux les plus sincèèreeuuuh :-)) Nous prenons le petit déjeuner dans le gîte, avec un autre couple qui a fait le même trajet que nous, mais en faisant le tout avec une semaine de moins (!!). Apparemment, ils ont beaucoup roulé. Après quelques crêpes, nous prenons congé, et nous nous rendons vers l'embarcadère, 20 minutes avant le premier départ...

Des phoques aux pieds des falaises Comme la veille, les traversiers nous appâtent ;o). Nous allons chez le premier qui nous semble sympathique, nous achetons nos billets, et nous montons à bord. Le bateau se remplit, malgré la saison, et l'heure matinale. Le bateau quitte le petit port, pour aller faire un petit tour du côté du rocher Percé. Puis, nous prenons la direction de l'île de Bonaventure. Le bateau en fait d'abord le tour, pour nous permettre d'admirer le paysage, les falaises sur lesquelles niche une colonie de 70.000 fous de Bassan, que nous pourrons voir de très près par la suite... ainsi que des dizaines de phoques gris, en train de profiter du soleil sur leurs rochers. Un peu plus loin, nous apercevons un zodiac sur lequel un photographe profite de la proximité de la vingtaine de phoques qui nagent autour se son embarcation pour faire une séance photo.

La colonie des fous de Bassan Nous débarquons sur l'île : un guide nous explique qu'il ne faut pas dépasser les barrières qui délimitent la colonie de fous de Bassan, et de respecter le site. Nous avons débarqué sur la côte opposée à celle où se trouve les oiseaux; plusieurs itinéraires mènent à la colonie, puis font le tour de l'île par la droite. Nous entamons donc la marche d'une demi-heure, environ, pour arriver à la colonie. Avant même de voir les oiseaux, nous pouvons entendre leurs cris... et sentir les odeurs :o). Le site vraiment très chouette : les ornithologues seront comblés. On peut véritablement observer ces oiseaux de très près, et plusieurs aménagements le permettent (promontoires, tour de bois, etc). On peut observer des petits, encore recouverts de duvet, les adultes construire leur nid, rapporter de la nourriture, et échanger les coups de bec, leur signe de reconnaissance. C'est vraiment génial, même pour moi qui ne suis pourtant pas amateur d'oiseaux...

Un fou de Bassan vu de près Nous restons environs deux heures à les observer, et prendre quelques photos... Nous quittons ensuite ce site pour longer la côte... Du même coup, nous longeons encore la colonie, qui s'étire sur plusieurs centaines de mètres. Nous restons encore quelques minutes à les observer, puis nous entamons le tour de l'île. Nous déjeunons sur une plage de galets, en face de quelques phoques dont les têtes dépassent de l'eau, à 300m du rivage :o). Tantôt à travers bois, tantôt à découvert le long de la côte, notre promenade nous ramène à notre point de départ, de l'autre côté de l'île, par rapport aux fous de Bassan.

Encore un fou de Bassan Nous repartons par un autre bateau, vers 15h00, alors que la pluie commence de tomber. Nous décidons donc de quitter l'endroit, et de continuer notre périple en Gaspésie. Nous devons aussi arriver à Québec ce dimanche pour rendre la voiture (le 20/09). En effet, comme nous souhaitions consacrer les derniers jours à Montréal et Québec, nous avons décidé de rendre la voiture à Québec, puis de rejoindre Montréal par le bus, histoire de ne pas nous encombrer d'une voiture pour visiter ces villes. Nous quittons donc Percé, pour nous arrêter bien loin, à Carleton, vers 18h30, en ayant roulé pratiquement sous un temps plutôt pluvieux :o(. Nous allons à nouveau tenter un motel, à l'entrée de la ville. Pour le soir, nous allons manger au Café l'Indépendant, un restaurant très sympa, tout en bois, en bordure de grève. L'ambiance est chaleureuse, tamisée avec un éclairage en partie aux bougies. La ville, quant à elle, est très étirée, mais nous n'en voyons pas grand chose ce soir là, car il fait nuit noire.