Accueil > Carnets de voyage > Amériques > Canada 2001 > Canada 2001: tempête de neige entre Québec et Chicoutimi.

Canada 2001: tempête de neige entre Québec et Chicoutimi.

Coucher de soleil à Neuville Au réveil, je vais voir à la fenêtre: les prévisions météo de la veille étaient justes, il neige. Nous allons prendre un petit déjeuner à la québécoise (une assiette énorme, avec oeufs, patates sautées, lard, saucisses, pain, fruits, miam miam) chez Marie Antoinette. On ne va pas se laisser abattre ! Apparemment, la route 175 qui va de Québec à Chicoutimi est dégagée... On dira plutôt praticable. Nous nous élançons donc prudemment sur la route, poussés par des bourrasques assez fortes. Les québécois, sûrement mieux équipés que nous, nous doublent sur la voie centrale enneigée, sans aucun problème. La traversée du parc des Laurentides, bien que légèrement stressante dans ces conditions, est très chouette: nous traversons des forêts toutes blanches, les lacs et rivières sont recouverts de glace et de neige, c'est vraiment très beau, même par un temps comme celui-ci. Au bout de 2 heures et demie de route, nous arrivons vers Chicoutimi, et le temps paraît plus calme. Comme nous sommes un peu en avance, on décide d'aller faire un petit tour à La Baie, une ville sur les rives du Saguenay, à une vingtaine de kilomètres à l'est. C'est en y allant que j'ai perdu le contrôle de la voiture, en dérapant dans un virage. Si je me souviens bien, c'est l'arrière qui est parti et qui a entraîné tout le reste. Après quelques zigzags et avoir tapé contre le mur de neige sur notre droite, j'ai finalement réussi à arrêter la voiture. Ouf ! Plus de peur que de mal, heureusement. Est-ce que des pneus neige auraient été plus efficaces ?? Ben on ne saura jamais...

Tempête à La BaieBref, on continue notre route et on se gare dans La Baie, près du port. Hors de la route principale, la ville est toute enneigée. C'est chouette ! Mais ça ne dure pas. D'un seul coup, la neige se met à tomber, et on ne voit bientôt plus rien à plus de 50 mètres. Puisqu'on est là, autant nous balader, d'autant que je ne me vois pas trop reprendre la route par ce temps, enfin, pas tout de suite. Les rues sont désertes. Le port, qu'on apercevait il y a quelques minutes et maintenant invisible. De même pour les cabanes de pêcheurs installées sur la glace de la baie pour l'hiver. On pouvait en apercevoir quelques unes au moment de notre arrivée, mais là, c'est un mur blanc que nous avons devant nous. Cela dit, après notre balade d'une heure, le temps se calme et nous reprenons la route vers Chicoutimi. La poudreuse fraîchement tombée est soulevée par le vent et retombe sur la route... Nous arrivons enfin chez Emmanuel et Lise, qui nous accueillent avec chaleur, un peu comme si on s'étaient vus la veille :o). Demain, c'est le départ pour 3 jours de randonnée en raquettes !