Accueil > Carnets de voyage > Amériques > Canada 2004 > Canada 2004: Lac Saint Jean: parc de la Pointe Taillon

Canada 2004: Lac Saint Jean: parc de la Pointe Taillon

Lac Saint Jean: parc de la Pointe Taillon

C'est notre dernier jour chez Emmanuel et Lise. nous avons décidé de repartir le lendemain matin. Nous avons prévu un itinéraire approximatif jusqu'à la région des Cantons-de-l'Est, qui passe par Bergeronnes sur la rive nord du Saint Laurent, puis longe cette rive vers l'est . Mais en attendant, nous partons en milieu de matinée pour le lac Saint Jean, plus précisément le parc de la Pointe Taillon, tout comme nous avions fait lors de notre première venue en 1998. Un peu avant midi, nous arrivons en vue du parc. Nous nous arrêtons dans juste à côté pour le repas de midi, avant de regagner le parc. Nous louons deux vélos et une carriole dans laquelle nous installerons Arnaud. Le prix est toujours aussi élevé qu'il y a 6 ans.

Enfin, nous voilà partis sur la piste cyclable. Arnaud s'endort très vite, bercé dans sa carriole. Nous traversons le bois, pour nous retrouver sur une étendue déserte et marécageuse semble-t-il. Nous croisons un ou deux cyclistes, c'est très calme. Nous faisons demi tour au bout d'une heure et demi, pour avoir le temps de nous arrêter un peu au retour. Nous devons rendre les vélos assez tôt, dommage. Le retour est tranquille, avec moult arrêts à droite et à gauche, pour faire profiter Arnaud du paysage, puisqu'il est réveillé, et qu'il manifeste très clairement son souhait de sortir de la carriole. Après avoir rendu les vélos, nous restons sur la 'plage', avec Arnaud, ravi de tout ce sable. Le soleil se couchant, on sent nettement le vent frais...

Nous rentrons à Chicoutimi à la fin de la journée, et nous passons notre dernier repas avec Emmanuel, Lise, Vincent, Laurence et Guillaume. Emmanuel me laisse l'ordinateur et j'en profite pour me connecter sur un site de météo spatiale (spaceweather). Là, j'apprends que les probabilités de voir une aurore boréale à la latitude où nous sommes sont très importantes ce soir. Jusqu'à un peu plus de minuit, je sors donc régulièrement dehors pour observer le ciel, très dégagé de surcroît... Mais il fait très froid (3°C), et je ne suis pas trop équipé pour rester comme ça une partie de la nuit. D'autant plus que le lendemain, nous avons de la route... Après un dernier coup d'oeil après minuit, je rentre donc définitivement, la mort dans l'âme. J'aurai tellement voulu en voir une à nouveau comme en Islande en août 1999). Mais je me console en me disant qu'il sera peut-être possible d'en voir plus tard au cours de ce voyage...

Chicoutimi - Bergeronnes - Baie Saint Paul

Nous commençons notre itinéraire par longer la rivière Saguenay jusqu'à Tadoussac, où ses eaux se jettent dans l'immense fleuve Saint Laurent. Nous ne nous arrêtons pas, mais nous prenons la direction de Bergeronnes, d'où il est possible d'observer les baleines depuis la côte : un endroit est spécialement aménagé sur les rochers. Un sentier mène à cet endroit en 15 minutes à peu près. Petit détail, l'entrée est payante, car le site, Cap de Bon Désir, est un centre d'interprétation, où se trouve également un phare, toujours en activité. Sur les rochers, la vue est splendide sur le Saint Laurent. Une guide est présente, avec une lunette pour observer les baleines. Mais on les voit à l'oeil nu : quelques belougas se trouvent au large. Bon, Arnaud s'en fiche un peu, lui, il s'éclate en montant et descendant les escaliers ou à marcher dans le sentier.

Après la traversée de la rivière Saguenay à Tadoussac (traversier gratuit), et quelques haltes en cours de route, nous arrivons à Baie Saint Paul en fin de journée. La ville a l'air vraiment très agréable, et nous décidons donc d'y passer la nuit, d'autant plus que celle-ci se rapproche. Nous faisons quelques gîtes, mais ils sont malheureusement complets, lorsqu'ils sont abordables. Finalement, nous dénichons une chambre dans un motel, plutôt pas mal, à l'entrée de la ville, tenu par un Suisse. Il y a un four micro-ondes dans la chambre, c'est impeccable pour nous (et le biberon d'Arnaud). Il y a également deux lits 2 places dans la chambre. Nous décidons de les rapprocher, histoire de ne pas prendre le risque qu'Arnaud tombe. Quelques minutes plus tard, le gérant débarque dans la chambre, un peu furax : "Qu'est-ce qui se passe ici ? Les plombs ont sauté dans la chambre d'à côté et ses occupants trouvent qu'il y a beaucoup de bruit ici." (le fait d'avoir bougé les lits, peut-être ?). J'explique donc calmement à cet individu la raison pour laquelle nous avons bougé les lits, tout en faisant attention à la prise de courant située entre les deux. Entre parenthèse, sa prise, elle pas super aux normes... Il vérifie, ne trouve finalement rien à redire et repart... Plus tard, il nous téléphonera dans la chambre pour nous dire que cela ne venait pas de nous (ça, on le savait !), mais d'un mauvais branchement je ne sais où. Une manière de s'excuser ? En tout cas, le lendemain, pour le petit déjeuner, il était redevenu très aimable...