Accueil > Carnets de voyage > Amériques > Canada 2007 > Blogue > Voyages > Vol AF346 pour Montréal: c'est parti !

Vol AF346 pour Montréal: c'est parti !

Nous voilà de l'autre côté de l'Atlantique, enfin !! Le vol s'est plutôt bien passé, même si les enfants n'ont pas dormi, ou presque, car Sylvain s'est allongé dans le berceau à peine 45 minutes. Par rapport à la durée du vol, soit près de 8 heures en comptant le moment où nous entrés dans l'appareil, on peut dire que le vol a été calme. C'est vrai qu'en étant devant un mur (pour pouvoir accrocher un berceau), il y a plus de place devant pour les jambes, et les enfants ne sentent moins "étouffés". Sylvain a joué un peu à nos pieds, pendant qu'Arnaud s'amusait à passer le bras entre nos dossiers pour toucher les passagers de derrière... Hum. En tout cas, la petite calculatrice que j'avais acheté à Arnaud l'a pas mal occupé, vu qu'il s'amuse à aller le plus loin possible en additionnant des 2, des 3, etc. D'autant plus qu'il n'y avait pas d'écran individuel sur cet appareil (un 747-400). Les mesures de sécurité à Roissy étaient très poussées (jusqu'au ridicule): j'avais prévu le coup, mais pas suffisamment, en ne mettant pas de ceinture. Il a quand même fallu que je pose mes chaussures. Claire pareil. Sylvain a même dû retirer son bavoir, au cas où il cache une kalashnikov derrière, ou qu'il soit imbibé de nitro..

Aéroport de Montréal

En revanche, l'avantage de voyager avec des enfants en bas-âge, c'est qu'ils servent de coupe-file: à chaque fois, en débarquant avec la poussette, on nous a fait passer devant tout le monde. Et heureusement pour le contrôle de sécurité: car, en plus des chaussures, il a fallu que je sorte mes appareils photo (le numérique et mon vieux reflex) de leur sacoche. Je ne raconte pas le nombre de barquettes que nous avons monopolisé. Faut dire que ça occupe, tout ça. Le temps de déballer, de remballer, tout en surveillant Arnaud du coin de l'oeil, qui commence à en avoir marre de tout ça, il s'en passe, des minutes sans qu'on s'en aperçoive... Nous avons à peine eu le temps de nous installer dans la salle d'embarquement, que cela commençait (l'embarquement). Le terminal E étant en pleine (re)construction, ce sont des cars qui viennent prendre les passagers pour les déposer aux pieds des appareils. Nous montons donc dans le premier car et patientons bien 15 minutes avant que celui-ci ne démarre. Bon c'est juste avant de démarrer que le chauffeur nous annonce que suite à l'arrivée tardive de l'appareil, l'embarquement à pris du retard. Chronique ordinaire du service client dans un aéroport bien connu pour sa préoccupation à ce sujet...

Sinon, à l'aéroport de Montréal-Trudeau, tout s'est bien déroulé (à part la demi-heure de retard, due à "l'arrivée tardive de l'appareil en provenance de la Havane", dixit le commandant de bord), nous avons également évité la longue file d'attente pour la douane, grace à l'effet "enfants en bas âge", avant de faire tamponner nos 4 passeports. Ensuite, la traditionnelle foire pour récupérer les bagages avec tous les gogos agglutinés le long des tapis roulants, et la traversée du stationnement (parking), comme on dit ici, pour se rendre à l'agence Avis, récupérer la voiture, monter les sièges auto pour les enfants, et enfin quitter l'aéroport (ouf !). Sylvain s'est effondré dans la poussette dans l'agence de location et Arnaud s'est endormi dans la voiture au deuxième virage. Bon, pour la suite, il faudra aller lire (quand ce sera prêt) le carnet de voyage Canada 2007. Jusqu'ici, donc, tout va bien !