Accueil > Carnets de voyage > Europe du nord > Danemark 2000 > Danemark 2000: retour au Danemark par Copenhague

Danemark 2000: retour au Danemark par Copenhague

Le parc du château de Rosenborg Nous voici donc de retour au Danemark, après une douzaine de jours en Norvège, puis en Suède. Après avoir traversé le fabuleux pont d'Øresund (16 km entre la Suède et le Danemark), nous arrivons à Copenhague, où nous allons passer tout le reste de la journée. C'est une ville très étendue, et le vélo est un excellent moyen de la visiter. Le vélo, c'est d'ailleurs un élément indissociable de la vie des danois: il y a des cyclistes partout, de tous les âges, c'est ahurissant ! Il faut dire qu'il y a de vraies pistes cyclables... Quand il n'y en a pas, la cohabitation avec les voitures semble bien se dérouler... Nous nous garons sans problème juste après les canaux, dans une zone pas trop chère (zone bleue - 7 couronnes par heure) et nous partons pour visiter à pied. Nous commençons par longer le parc botanique (nous sommes passés à côté sans nous en rendre compte), pour traverser le parc du château de Rosenborg. Des sculptures sont exposées (il s'agit d'une exposition temporaire) un peu partout, sur la pelouse. Très agréable, comme endroit. Quelques danois se prélassent sur les étendues vertes et les landaus sont de sortie (c'est fou le nombre de landaus, par ici ! A croire qu'on est en pleine explosion démographique !). L'atmosphère est très détendue. C'est pas mal chouette, comme ville, avec tous ces grands parcs.

SlotsholmenNous continuons la balade vers le centre ville, en passant dans les rues piétonnes, plutôt fréquentées en ce midi ensoleillé. Nous traversons à nouveau des canaux pour nous retrouver sur Slotsholmen, où se trouve le parlement danois, dont une partie date de 1745 (château de Christianborg). Sur la grand place devant le parlement, on voit également, au loin, l'ancienne bourse, construction étonnante avec ses quatre dragons dont les queues entrelacées composent la flèche de la tour, en forme de corne de narval... Ces dragons symbolisent l'unité des quatre pays nordiques. Aujourd'hui, la bourse a déménagé et ce bâtiment abrite la chambre de commerce.

Une rue de CopenhagueNous continuons notre promenade, tantôt à travers les petites rues piétonnes, en passant devant les nombreux restaurants et autres boutiques, tantôt le long d'artères plus importantes, nettement moins commerçantes. D'ailleurs, nous commençons à avoir faim... Il est 14h00, et nous cherchons un petit restaurant pour déguster la cuisine locale. Notre choix s'arrête sur un petit restaurant, le Café Sorgenfri, à l'angle de deux rues piétonnes. En arrivant, la petite salle, aux nappes à carreaux rouges et blancs, est pratiquement comble. Nous trouvons tout de même deux places. A une heure aussi tardive, c'est plutôt surprenant... Et d'autres clients défileront, pendant tout le temps du repas et jusqu'à ce qu'on quitte les lieux, vers 15h00. Entre temps, nous avons choisi un assortiment des mets danois. On y déguste du hareng mariné, des crevettes, des boulettes de porc, des pâtés et autres fromages... De quoi tenir jusqu'au soir !

NyvahnNous reprenons notre balade, en repassant par le Slotsholmen, puis en empruntant de petites rues pour arriver vers Nyvahn, quartier très animé autour d'un canal. Tout le long, on y trouve de vielles maisons aux couleurs vives. Beaucoup sont des restaurants ou bars, également, desquels les danois et autres touristes regardent les quelques voiliers amarrés là. L'ambiance est plutôt calme, en cette fin d'après midi... Les terrasses ne sont pas vraiment bondées (il faut dire qu'il ne fait pas trop chaud). Tout au bout du canal, on tombe face à l'embarcadère des ferries. Nous continuons sur les quais, sous une légère brise.

La Petite Sirène Tout au nord du port, se trouve la fameuse sirène (De Lille Havfrue), l'emblème de la ville, voire le symbole du pays. Elle se trouve au bord de l'eau, sur un rocher. Elle est vraiment très petite, contrairement à ce que les cartes postales et autres photos peuvent faire croire. Elle a subi maintes attaques (décapitée, taguée) mais a toujours été remise en état... Sur les photos la représentant, on peut se demander ce qu'elle regarde, ainsi... Et bien j'ai la réponse... Pour en savoir plus, il faut voir ça !

Sur le port de Copenhague...Juste à côté, derrière, se trouve une ancienne citadelle le Kastellet. Entourée de canaux à la Vauban, avec des murs en étoile, c'est aujourd'hui un parc. Un peu plus loin , en redescendant le quai vers le centre, on tombe sur deux lampadaires tenus par des dragons, au bout de Esplanaden, à côté du musée de la Liberté. Nous quittons ensuite les quais pour prendre Amaliegate, et nous arrivons sur la place Amalienborg, ensemble de quatre palais du 18e siècle, dont l'un d'entre eux est celui de la reine. Pas mal épuisés, nous poussons jusqu'à l'église Sankt Petri, la plus vielle de la ville qui présente une flèche très ouvragée. On retourne vers la voiture, en passant juste devant l'entrée du parc botanique, dont nous étions passés juste à côté en arrivant... Mais trop tard, il est 18h30 et le parc ferme à 18h00... On est sur les rotules, après toute cette marche... En vélo, on aurait pu en voir plus, certes, mais on en a bien profité quand même... Et en prenant le temps !

Lampadaire vers EsplanadenQuitter Copenhague par la route, c'est une drôle d'aventure... Direction... on sait pas trop, mais nous essayons de nous rapprocher de Ribe, une ville située près de la côte ouest, sur le Jutland. Pas évident de sortir de la ville, de trouver une quelconque direction à prendre... parce qu'il n'y a pas de panneau !!!! Du coup, après 10 km vers le nord, en espérant rencontrer un des 3 axes qui ceinturent la ville, sans succès, on fait demi tour, et on repart en direction du centre. Là, enfin, à un carrefour, on tombe sur des panneaux ! Ouf ! C'est vrai que, pendant toute notre visite à pied, je n'ai pas remarqué de panneaux indicateurs... En revanche, lorsqu'on est sur des axes comme les voies qui ceinturent Copenhague, on trouve toutes indications qu'on veut... Mais sorti de là, rien du tout !

Pont de StorebæltOn part donc, pour quelques dizaines de kilomètres d'autoroute pour nous retrouver près du pont de Storebælt qui relie les îles Fionie et Seeland. Du même type que celui d'Øresund, mais moins long, et également payant (225 kr). Il est un peu plus de 20h00, et il est peut-être temps de chercher un endroit pour dormir. Sur notre guide des camping du Danemark, on en trouve un, juste avant la traversée du pont de Storebælt, tout simple, et très sympa, à Halsskov (dernière sortie avant le péage). La nuit est clame, bien qu'il y ait pas mal de vent. On s'endort après une petite balade nocturne sur la plage, bercés par le bruit des vagues.