Accueil > Carnets de voyage > Europe du nord > Irlande 1997 > Irlande 1997: Cork - Killarney

Irlande 1997: Cork - Killarney

L'atterrissage à Cork - Killarney

C'est vert, l'Irlande !Sous la pluie et dans une fraîcheur relative, nous atterrissons à Cork, par un vol Aer Lingus. Une navette nous transporte jusqu'à la gare routière du centre ville. Notre prochaine destination est Killarney, le véritable point de départ de notre périple. En consultant les horaires des bus, nous décidons de regagner Killarney dans la journée, afin de monter au plus tôt sur les vélos. Nous avons à peine le temps de jeter un oeil sur Cork. Pas grave, on s'en occupera avant de reprendre l'avion, dans 10 jours.

Il y a environ 80 km entre Cork et Killarney. Cependant, on ne roule pas aussi vite sur les routes d'Irlande qu'en France. Sur une nationale étroite et sinueuse, le bus que nous prendrons à la gare routière de Cork mettra près de 2 heures pour rejoindre Killarney, ce qui nous laissera amplement le temps de découvrir la campagne verdoyante, les maisons de toutes les couleurs... et surtout de dormir, bercés par le ronronnement du moteur.

Une rue de KillarneyKillarney est très différente de Cork : alors que la première semble chaleureuse (est-ce la lumière du soleil couchant sur la ville lors de notre arrivée qui me fait écrire ça ?), la seconde est beaucoup plus "urbaine" et industrielle. Killarney est une petite ville charmante, qui doit être très animée en pleine saison, à en croire le nombre d'hôtels et de boutiques de souvenirs. Il faut dire que cette ville est en quelque sorte le point de départ pour le tour du Ring Of Kerry.

Nous trouvons sans problème une auberge de jeunesse, et découvrons pour la première fois les mets locaux. Je déguste avec délices mon premier "irish stew", une sorte de ragoût à base d'agneau, accompagnéde choux, pommes de terre, et divers autres légumes... En fait, tout au long de notre périple, nous découvrirons autant de façons de préparer un "irish stew" que de restaurants. Et tous aussi bons les uns que les autres ! C'est aussi l'occasion de terminer la soirée dans un pub, en buvant une Guinness. Complètement saoulés par le voyage, la musique du pub et la bière, nous nous écroulons sur nos lits.

De Killarney à Killorglin

Après un bon petit déjeuner, nous louons des vélos (VTT avec sacoches) dans une boutique à côté de l'auberge... Pour £25, le vendeur, très sympa, nous loue des vélos pour 8 jours. Il nous conseille également d'inverser notre itinéraire, et de commencer plutôt par la côte nord. Préférant suivre ses conseils avisés, nous prenons la route indiquée sous la pluie, une fois nos affaires empaquetées dans des sacs en plastique, pour les protéger de l'humidité, et les sacoches bien remplies. Ce n'est pas vraiment une averse, juste une bonne bruine qui n'en finit pas.

Un p'tit rayon de soleil, enfin !Les nuages sont bas, très bas, même, et je me dis qu'il faudrait aussi inventer des essuie-glaces pour lunettes. C'est aussi la raison pour laquelle il y très peu de photos sur cette partie du voyage. Avec le recul, je regrette de ne rien avoir pris: la pluie fait vraiment partie du charme de l'Irlande. Pour ne pas être trop gênés par la circulation (c'est plutôt pénible sur ces routes étroites), nous essayons de passer par les routes secondaires à chaque fois que c'est possible. Au bout de 2 heures de route, nous nous arrêtons dans une épicerie perdue au milieu de nulle part (enfin, au croisement de 2 routes), où l'on nous prépare très gentiment de délicieux sandwiches.

En début d'après midi, le soleil chasse enfin la pluie; ça monte, ça descend, ça monte et ça descend, pour arriver à Killorglin, les fesses et les mollets en compote. Un arrêt Guinness s'impose avant d'aller déposer nos affaires dans une ferme, un peu à l'écart de la ville. Ce soir, pas de restaurant: on dîne à la ferme ! Lait frais et spaghettis au menu. Nous achetons aussi quelques oeufs frais pour le petit déjeuner du lendemain, miam !