Accueil > Carnets de voyage > Europe du nord > Irlande 2001 > Irlande 2001: Paris - Shannon - Kilrush

Irlande 2001: Paris - Shannon - Kilrush

Paris - Shannon - Kilrush

Comtés de Clare et de GalwayC'est le départ pour 10 jours en Irlande ! Notre avion de la compagnie Aer Lingus doit quitter l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle à 15h25. Manque de chance, l'avion est en retard, suite à un problème technique. En fait, nous attendrons 18h30 pour décoller... Nous passons donc l'après midi dans la salle d'embarquement. Pas très agréable, mais, nous sommes en vacances, alors on a le temps, non ? ;o). Le seul soucis, c'est que nous avions prévu de faire un peu de route vers le sud-ouest, dès notre arrivée. Là, en arrivant à 19h00, heure locale (le vol dure environ 1h30),  nous nous demandons si nous suivons le programme ou non. Bah, on verra bien sur place.

Nous quittons donc (enfin) Paris et ses 33°C étouffants vers 18h25. A Shannon, il fait 18°C, quel bonheur ! Après avoir récupéré nos bagages, direction le loueur de voitures. Quelques formalités plus tard, je me retrouve au volant d'une Ford Fiesta noire, avec le volant à droite. C'est très bizarre. Je me familiarise rapidement avec le levier de vitesse, et nous partons prudemment, sans oublier de circuler à gauche ! Les panneaux indiquent les limitations de vitesse en miles. Les distances, en revanche, sont indiquées (la plupart du temps) en kilomètres (c'est précisé). Le compteur est en miles, avec une double graduation pour les kilomètres. Bon, c'est pas très compliqué, mais je n'en mène pas large...

Ciel d'IrlandeQuelques kilomètres après la sortie de l'aéroport, c'est le premier rond-point. Regarder à droite, et s'engager par la gauche... J'ai du mal à me débarrasser de mes réflexes de conduite à droite, et à jauger la taille de la voiture par rapport au côté gauche. Mais au bout de quelques ronds-points et quelques kilomètres, ça s'arrange. Nous prenons la direction d'Ennis, vers le nord de Shannon, puis, juste avant d'entrer dans la ville, nous prenons à gauche: direction Kilrush, notre étape pour la nuit. Il doit y avoir 60 kilomètres à parcourir. C'est pas énorme, mais les routes irlandaises sont, dans leur grande majorité, assez étroites. Il nous faudra bien 1 heure pour arriver à Kilrush, alors que la nuit est tombée.

Nous trouvons une chambre dans une auberge de jeunesse sympa, O'Connor's, et nous partons aussi sec pour manger un morceau. Les pubs ne servent plus à manger, il est trop tard (22h00). Alors, nous allons prendre un sandwich dans un des deux "takeaway" de la ville. Ensuite, nous cherchons un pub, avec de la musique. Bon, c'est pas très compliqué, tous les pubs ou presque sonts ur la rue principale. Et comme la ville n'est pas très grande (environ 3.000 habitants), on a vite fait un tour d'horizon. Nous en choisissons un, un peu à l'écart des autres, où nous trouvons des places pour nous asseoir (ce n'était pas le cas de tous).

Pub à KilrushLe pub est divisé en deux salles. Celle du fond, très animée ou un gars joue à fond des reprises de Springsteen, et l'autre juste à l'entrée, plus calme, où est possible de discuter sans hurler. A peine assis, un Irlandais engage la conversation avec moi, pendant que Claire est allée commander au bar; ça commence fort! J'ai un peu de mal à comprendre ce qu'il dit, et il a un peu de mal à me comprendre également. Claire nous rejoint et se mêle à la conversation. Il nous demande d'où nous venons, et lorsque qu'on lui répond que nous sommes français, il commence à vouloir parler football. Le pauvre, il est mal tombé... Il essaye alors avec le rugby, mais c'est pas mieux... Nous échangeons nos prénoms, et lorsque Claire lui donne le sien, il trouvé ça génial, puisque nous sommes dans le comté de Clare (!).

Guinness time !Ravis comme tout, il nous présente à d'autres convives, le père de la patronne, etc. Petit à petit, d'autres se rapprochent de notre table, et engagent la conversation. On parle de tout, des liens apparemment très forts entre l'Irlande et la France, de la qualité de la vie à Kilrush, de politique internationale (ils n'aiment pas trop le père W Bush, et ça se comprend), de l'Europe, et de ce qu'il y a à voir en Irlande: là, ils se battent presque pour nous montrer où il est absolument nécessaire d'aller. C'est hallucinant. Surtout après 2 pintes. Brian, un gars de 40 ans environ, nous offre une autre tournée. Dur dur, le régime irlandais ! Et on parle on parle, c'est vraiment délirant. Je ne pensais pas pouvoir parler aussi longtemps de cette façon avec des irlandais... Cela dit, après 3 pintes de Guinness, je crois que je pourrais parler n'importe quelle langue :o).

Notre soirée s'achève vers 2h00 du matin, lorsque la patronne nous met dehors avec son balai. Il ne reste que nous et nos interlocuteurs dans le pub. L'un d'entre eux nous raccompagne jusqu'à la porte de l'auberge et nous nous quittons sur des "nice to meet you":o). Bon, je peux pas me coucher comme ça, il faut marcher un peu avant, j'ai l'impression que tout tourne autour de moi. Nous partons donc dans les rues désertes de cette petite ville, sous un ciel étoilé et dans le froid, pour dessaouler un peu. Nous retournons finalement à l'auberge pour nous coucher, complètement épuisés par cette journée. Le lit ne bouge pas trop, alors ça va. Si c'est comme ça tous les soirs, je me dis qu'on n'arrivera jamais à tenir le coup :o) !