Accueil > Carnets de voyage > Europe du nord > Irlande 2001 > Irlande 2001: Oughterard - Kylemore - Clifden.

Irlande 2001: Oughterard - Kylemore - Clifden.

Oughterard - Kylemore - Clifden.

Abbaye de KylemoreLorsque mon réveil sonne, à 8 heures, j'ai l'impression que le jour vientà peine de se lever, tellement la luminosité est faible... Mais iln'en est rien: il fait gris, les nuages sont très bas... et il pleut. Nousavalons tranquillement notre petit déjeuner. Nous avons le temps, avant d'arriverà Clifden. C'est tout prêt. Alors, vu le temps, inutile de se presser.Nous partons donc pour le Connemara par la N59 jusqu'à MamCross puis Recess, où nous prenons la route 344, toujours sousla pluie, mais c'est vraiment magnifique ! Je n'ose pas imaginer la spectaclepar beau temps. Superbe !

Eglise, abbaye de KylemoreUn peu plus loin, nous nous arrêtons à l'abbaye de Kylemore, qui datedu début du 19e siècle. Très très chouette, avec un mélange de styles trèsoriginal. L'abbaye est construite tout au bord du lac Inagh. Le siteest superbe. Le bâtiment a été construit au débutdu 19e siècle, par un riche homme d'affaires anglais, qui est tombéen amour avec la région après y avoir passé sa lune demiel :o). Pendant le première guerre mondiale, des nonnes venant deBelgique se sont installées et ont transformé l'endroit en abbaye.Aujourd'hui, l'abbaye est devenue un pensionnat international pour jeunesfilles très réputé, paraît-il. Le temps se lèveun peu. Nous prenons notre temps pour visiter. Il y a un peu de monde. Maisnous sommes samedi, aussi.

Balades autour de ClifdenOn repart vers Clifden, en bifurquant peu après Letterfrak,vers la péninsule de Renivsle. On se balade un peu sous un vent pastrès chaud. Puis, après quelques virages serrés, nous arrivonsà Clifden. La ville compte deux auberges de jeunesse. Nous essayonscelle qui se trouve derrière l'ancienne gare (reconvertie en restaurant, d'ailleurs).Comme nous avons l'intention de rester deux nuits, on se dit que si celle-cine nous plaît pas, on pourra toujours tenter l'autre la nuit prochaine. Legérant nous accueille très chaleureusement et nous dessine deux itinérairesde balade aux alentours de Clifden, en précisant où il faut s'arrêter,ce qu'il faut voir, etc. Il nous déconseille le parc national du Connemara,dont l'entrée est payante de surcroît. En outre, par un temps comme celui-ci,on ne voit rien sinon les nuages. Evidemment, il nous parle de Michel Sardouet de son Connemara (que j'ai dans la tête depuis Kylemore).Malgré moi, l'air de cette chanson va me trotter dans la tête pendant toutela journée. Cela dit, malgré cet accueil chaleureux, l'auberge est plutôtglauque...

Château de ClifdenLe premier itinéraire proposé par notre hôte fait environ une douzaine dekilomètres, à l'ouest de Clifden. Le deuxième en fait 42. Pour ce dernier,il nous averti qu'il vaut mieux le faire par beau temps à vélo. Sinon, partemps de pluie et de vent, c'est plutôt dur et pénible, étant donné qu'onlonge les côte sur une bonne partie du trajet. Pour aujourd'hui, après quelquescourses au supermarché Super Valu du coin, on se contente de faireune marche vers le château de Clifden, construit au débutdu 19e siècle, dans une espèce de style moyenâgeux, avecles créneaux et les tours... C'est assez étrange, comme construction,un peu mégalo. Il ne reste pas grand chose, sinon, la façade de devant. Derrière,tout est effondré. En revanche, la vue sur la mer et les côtes voisinesest splendide.

Château de ClifdenLe soir venu, nous allons dans un des nombreux pubs de la ville, le Marnnion's. Il y a de la musique prévue à partir de 22h00. Le temps de boire un peu, d'écrire quelques cartes postales, de manger une excellente soupe, et hop, en avant la musique. Cinq musiciens arrivent avec leurs instruments. Ils n'ont pas l'air de tous se connaître, apparemment, et ils se mettent à jouer... Les musiques traditionnelles s'enchaînent et ne se ressemblent pas. De tempsen temps quelques convives viennent participer avec des cuillères de bois. L'ambiance est très bon enfant... Bon, quelques nanas qui viennent fêter je ne sais quoi prennent un peu le pas sur les musiciens en chantant. Certains n'ont pas l'air d'apprécier plus que cela. L'ambiance devient moins sympa, elles se prennent pour Lara Fabian. Du coup, nous partons regagner notre auberge. Sur le chemin, on passe devant l'autre auberge, qui a l'air carrémentmieux. C'est décidé, demain, on déménage.