Accueil > Carnets de voyage > Europe du nord > Islande 1999 > Islande 1999: Geysir et Gullfoss

Islande 1999: Geysir et Gullfoss

Réveil à 7h00 avec les cris des sternes. On a l'impression qu'elles n'ont pas arrêté de toute la nuit, d'ailleurs, si jamais il y en a eu une. Je n'ai pas eu l'impression que la nuit (nuit noire, j'entends) avait duré bien longtemps. Normalement, à cette époque, il n'y a que 3 heures de nuit complète. Là, Il fait grand soleil : c'est trop le fun, comme diraient les québécois ;o) ! Enchantés par ce temps, nous prenons la route de Geysir et Gulfoss. Nous nous arrêtons à Selfoss pour le ravitaillement. La note est salée, pour quelques provisions. C'est aussi l'occasion de goûter aux spécialités locales: je tente le Skyr, une sorte de fromage blanc bien compact, et qu'il vaut mieux rallonger avec du lait et/ou de la crème. Nous achetons aussi un tube de kaviar, sorte de pâte à base d'oeufs de poissons, sous forme de tube de pâte à dent ;o), et autres pâtés, céréales...

Geysir sous le soleilNous arrivons sur le site de Geysir, après avoir roulé le long de champs et de vertes plaines; le parking, entre un hôtel-restaurantet une boutique-snack, est plus petit que je pensais. Il y a vraiment peu de monde sur le site. En plus, on arrive au moment où tout le monde repart. Il existe deux geysers : le Geysir, l'ancien,qui ne jaillit plus (sauf lorsqu'il est réactivé, une fois par an, à grands renforts de savon), et le petit jeune,le Strokkur, qui jaillit toutes les 5 à 10 minutes, environ. Tout autour, les sources d'eau chaude bouillonnent, fument...Nous montons jusqu'à la colline située juste derrière, pour observer l'ensemble du site, de haut... Et aussi, pour être un plus au calme. La plupart des gens font un petit tour du site, puis repartent. Nous avons tout notre temps et nous en profitons. Ci-dessous, les images du Strokkur à l'oeuvre :

 

1. ça gonfle, ça gonfle...2. ça gonfle de plus en plus...
3. pis ça jaillit !!!
4. Il est parti !!!
Le geyser Strokkur en pleine action...

 

Strokkur en pleine action
Avec un peu de recul, ça donne à peu près ça.

 

Gulfoss dans toute sa splendeurEnsuite, nous prenons la direction de la chute de Gulfoss, située à quelques kilomètres de là, vers le nord est. Nous sommes en fin d'après midi, et là aussi, il y a moins de monde que je pensais. Tant mieux !! La chute est très impressionnante : le fleuve, que l'on voit au loin avec ses eaux blanchâtres, se jette d'un seul coup dans des gorges dans un de ces vacarmes! Avec le vent, il y a pas mal de gouttelettes qui arrosent les rives : celles-ci sont très vertes du côté le plus humide. Il existe un promontoire, à partir duquel on a une bonne vue de l'ensemble. Il est possible de s'approcher des gorges où se jette toute cette eau, on se trouve alors à quelques mètres de l'eau. C'est vraiment très très impressionnant de voir tous ces mètres cubes d'eau passer juste à côté de soi, dans un vacarme assourdissant.

La route F35 le long des champs de caillouxAprès avoir profité de ces chutes pendant bien deux heures, nous tentons d'emprunter la route F35 qui continue vers l'intérieur du pays pour rejoindre la côte nord. Elle semble praticable, alors pourquoi ne pas en essayer un bout ? Nous allons essayer de nous rapprocher du glacier Langjökull, que nous apercevons au loin. Le long des quelques kilomètres que nous allons effectuer, ce ne sont que champs de pierres à perte de vue: champs de grosses pierres, champs de petites pierres, petits cailloux, il y en a pour tous les goûts.

Un mouton, comme en trouve plein plein partout...Puis, soudain, de l'herbe et des moutons, d'un seul coup. Il commence à se faire tard, et nous décidons de faire demi tour, car nous nous ne savons pas si la route est praticable jusqu'au bout... Et puis nous avons préparé un peu notre itinéraire, et celui-ci nous emmène plutôt vers le sud, pour l'instant. Nous redescendons vers Selfoss. Nous campons à Fluðir, un peu avant Selfoss, dans un camping pas terrible, mais où un islandais qui carbure à la vodka-coca vient faire connaissance et nous explique ce qu'il y a à voir... Il est sympa, le gars. Avec notre anglais approximatif, on discute un peu jusqu'à minuit, heure à laquelle il fait encore jour, d'ailleurs, bien que le soleil soit couché depuis 2 heures. Notre voisin de camping part prendre un bain dans une source chaude, et nous rentrons sous les tentes, nous glisser dans les sacs de couchage. Il faut dire qu'il ne fait pas très chaud, à cette heure-ci.