Accueil > Carnets de voyage > Europe du nord > Islande 1999 > Islande 1999: Vik - Dyrholaey

Islande 1999: Vik - Dyrholaey

Rocher dans le brouillardAu réveil, le temps s'est un peu arrangé. Le brouillard a disparu, mais les nuages sont toujours là, accrochés aux falaises. Du côté ouest, ça semble se dégager, pourtant... Cela dit, nous allons dans la direction opposée, aujourd'hui (nous revenons un peu sur nos pas) pour aller sur la pointe de Dyrholaey et Reynishveri (route 215). Après avoir avalé notre méga-petit-déjeuner (céréales à gogo, surmjölk, gateaux...), nous prenons la route, pour une petite dizaine de kilomètres. A peine avons-nous quitté Vik, que nous retombons dans le brouillard en remontant sur les falaises. A Dyrholaey, nous sommes toujours dans le brouillard en arrivant, mais celui-ci est plus diffus.

Les blocs de lave vers VikOn peut distinguer quelques rochers, mais sans plus, alors que nous sommes sensés voir une arche creusée dans les rochers par l'océan... Du coup, sans nous laisser abattre, chacun part faire son petit tour, moi sur la plage de sable noir, les autres vers les falaises de macareux. En effet, en suivant les falaises, on peut observer les nombreux macareux qui nichent là. Bien entendu, ils ne sont pas les seuls dans lecoin : labbes, et autre mouettes composent un balai aérien incessant, le long des falaises : piqués, cris, acrobaties, chasse, esquives : quel spectacle ! Il est possible d'approcher de très près les macareux, dont beaucoup nichent en haut de la falaise, pratiquement sur le bord du sentier.

Dyrholaey sous le soleilAu bout de quelques temps, le brouillard se lève un peu, juste pour nous permettre de voir les fameux blocs de lave vers Vik, ainsi que le glacie rMýrdalsjökull, masse imposante au loin. Petit à petit, tout se dégage, lentement, nous laissant découvrir les lieux morceau par morceau. C'est très sympa de découvrir le site de cette façon. Au moment où nous décidons d'aller en face, à Reynishverti, le ciel est complètement dégagé. Nous devrions nous retrouver au pied des blocs de lave qui pointent hors del'eau, que nous apercevons au loin.

Les orgues basaltiques à ReynirA Reynishverti, le paysage est très vert, avant d'arriver sur la plage. Grand ciel bleu, grand soleil... et grand vent aussi. Une église, puis, au bout du chemin, une grande plage de sable noir, bordée par une falaise d'orgues basaltiques ! Ces blocs de pierres rectangulaires sont très étranges. Il est tout de même rare de voir des formes aussi géométriques dans la nature. Là aussi, beaucoup d'oiseaux L'arche de Dyrholaeytournoient dans les airs, au dessus des falaises. En revanche, ils sont un peu plus difficiles à observer. De la plage, nous apercevons aussi l'arche de Dyrholaey, que nous n'avions pas pu voir à cause du brouillard lors de notre arrivée. Nous sommes également au pied des énormes blocs de lave que l'on a vu plus haut sur cette page.

 

La plage de VikAprès avoir flâné quelques temps sur la plage, nous repartons de l'autre côté de la falaise, du côté de Vik, pour observer les macareux que nous n'avions pas pu voir la veille au soir.. Mais de la plage, nous sommes trop bas. Peut-être qu'en haut de la falaise, il est plus aisé de les observer ? A peine le temps de se promener le long de la plage, et déjà, les nuages, le brouillard et les nuages reviennent à l'assaut. Il est à peine 17h00... Nous partons nous promener - balade apéritive :o) - sur le sentier qui longe les falaises côté ouest, partant du camping. Le soir venu, nous nous retrouvons comme la veille, sous les nuages... Ce soir, c'est fête : je me délecte, au dessert, du Skyr acheté au supermarché du coin avec de la confiture de framboises : miam miam.