Accueil > Carnets de voyage > Europe du nord > Islande 1999 > Islande 1999: Námafjall, Hverfjall et les pseudo-cratères du lac.

Islande 1999: Námafjall, Hverfjall et les pseudo-cratères du lac.

Námafjall, Hverfjall et les pseudo-cratères du lac.

Le site de NamafjallC'est le jour de l'éclipse totale de soleil  ! Ici, le soleil n'est caché qu'à 60%, environ, et sous les nuages... On en profite pendant le petit déjeuner, avec nos lunettes, et nous ne sommes pas les seuls, dans le camping. Nous partons pour Námafjall, les "bouches de sorcières". Le ciel est bleu (les nuages sont partis !), et les couleurs sont splendides, même sous un petit vent glacé : des montages jaunes, rouges, blanches, des mares de boues bouillonnantes... Et ça fume partout, avec un délicat parfum soufré :-). Les piles de mon appareilo nt dû mal supporter les températures de ces derniers jours, car pratiquement toutes les photos de ce jour sont fichues. Deux films y sont passés avant de m'en rendre compte... Donc, peu de photos pourcette partie :o(.

Namafjall : vue d'ensembleNous partons ensuite à l'ascension de l'immense cratère noi, rvieux de 2500 ans qui surplombe le lac, le Hverfjall. Difficile de le rater : il prend une sacrée place, dans le paysage. Nous en avons une belle vue, du camping. On s'en va pour en faire le tour sur la crête. Malgré le temps, un peu à la grisaille à nouveau, nous avons sous les yeux un superbe panorama de la région : les pseudos-cratères de Skutustaðir (de petits cratères qui sortent du lac), les châteaux noirs de Dimmoborgir (une sorte de Chaos de Montpellier-le-Vieux à l'islandaise, c'est à dire en lave). Le coin est vraiment très touristique, car on trouve tous les éléments constitutifs de l'Islande au même endroit... C'est moins sauvage que ce que nous avons a vu jusqu'à maintenant, mais c'est tout de même un coin à voir, même si l'on sent bien que c'est l'un des endroits les plus visités du pays. Le soir, c'est fête : nous allons aller dans notre premier restaurant, à l'hôtel Reynihlid... Etant donné les tarifs, il ne nous était pas possible d'y aller tous les soirs. Bilan : très bon, copieux, mais pas donné quand même. Nous nous y étions préparés, et ce n'est pas une surprise. Dans les menus, on trouve beaucoup de poissons, et du mouton, évidemment. En dessert, je me suis jeté sur un Skyr, cette délicieuse spécialité lactée :-). 

Detifoss et le volcan Krafla

DetifossRéveil sous la pluie. Mais elle ne dure pas trop. A l'accueil du camping nous achetons des petits pains frais : un régal, avec les céréales et le lait ! Après une douche au parfum de soufre, nous partons vers les chutes de Detifoss, à côté desquelles nous sommes passés en venant des fjords de l'est. Une heure de route, dont 80% de piste. Nous prenons une auto-stoppeuse, quin ous raconte, à propos des moucherons, qu'il y en a beaucoup moins que les autres années. Normalement, c'est absolument irrespirable ! ça doit vraiment être l'horreur...

Detifoss, de plus prèsLes trois chutes se succèdent, sur 3 kilomètres environ. Detifoss, au milieu, est la plus importante (44 m de haut). C'est celle-ci que tout le monde va voir : les autres sont moins visitées, surtout Selfoss, car aucune route n'y mène. Elle décrit un arc de cercle très large. Un chemin longe la rivière et mène aux trois chutes : il est bien balisé et agréable. La dernière chute en aval, c'est Hafragilsfoss.

La coulée de lave encore fumante de Krafla, de plus prèsIl est possible de l'atteindre en voiture. Mais c'est tellement plus sympa à pied, le long des falaises. Au moins, on ne mange pas de poussière ! En fin de journée, en revenant sur Reykjahlid, nous passons faire un tour à Krafla, où l'on peut marcher sur un champ de lave datant de 1984, et qui fume encore... Impressionnant ! Il faut prendre la route 863, juste avant Námafjall.

Un peu de lave ?Avant d'arriver sur le site, on longe les installations d'une gigantesqueusine géothermique : des dizaines de tuyaux partent dans tous les sens sur les montagnes environnantes. Et ça fume partout. Et pourtant, il y a quelques plaques de neige, un peu partout... Sur le champ de lave, le sol est très chaud par endroits... C'est notre dernier jour à Myvatn. J'ai remis des piles neuves dans mon appareil, et je peux enfin mitrailler à nouveau ! Non mais !