Accueil > Carnets de voyage > Europe du nord > Norvège 2000 > Norvège 2000: Egersund - Prekestolen - Haugesund

Norvège 2000: Egersund - Prekestolen - Haugesund

Egersund - Prekestolen - Haugesund

En route vers PrekestolenRéveilà 7h30, sous soleil. La matinée était un peu bruyante, avecpas mal de passage sur la route toute proche du camping. Lesnorvégiens se lèvent tôt, on dirait :o). On part pour le Lysefjord.Nous prenons la route principale E-39, pour bifurquer sur ladroite avant Stavanger, et prendre notre premier ferryentre Lauvik et Oanes. Nous sommes à cemoment là tout prêt de l'embouchure du Lysefjord,dans lequel la falaise de Prekestolen se jette, du hautde ses 597 mètres. La route est tranquille. Dans l'autresens, nous avons pu voir la police en action (Politien norvégien) avec leur radar à laser... La traverséedure à peine 15 minutes, et nous n'avons attendu quequelques minutes avant de pouvoir embarquer. Le coût dela traversée est de 53 Kr... Hum... Quelques kilomètresplus loin, nous prenons sur la droite la direction de Prekestolen.

PrekestolenCetendroit est l'un des plus visité de Norvège,paraît-il. Pourtant, le parking ne semble pas si grandque ça... Ah, j'oubliais, le parking est payant: c'estun forfait (30 Kr pour une véhicule comme le nôtre),valable pour toute la journée. Sous un ciel couvert,on prend donc le chemin qui doit nous mener, deux heures plustard, au lieu tant prisé. En fait, nous nous sommes engagéssur une véritable autoroute allemande ;o). On se seraitcru un samedi après midi, entre Cologne et Hambourg:o)).

PrekestolenIl y a pas mal de monde, mais c'est par vague. La marche débute àl'abri de la végétation, mais nous nous trouvons, à découvert,à peu près à mi-chemin, sur les rochers polis par leseffets des vents et de l'eau. En plein été, ça doit tapedur ! Sans trop nous y attendre, nous arrivons enfin à destination:la vue est superbe sur le fjord, malgré l'horizon bouché. Le sommet de lafalaise est en fait une plate-forme, qui se transforme à l'occasionen aire de pique-nique et aire d'observation. La plupart des gens (comme moid'ailleurs) se mettent à plat ventre avant d'être trop au bordet rampent ensuite pour pouvoir voir tout en bas... J'en ai encore la chairde poule :o). Je me vois mal sauter à l'élastique d'une hauteurcomme celle-là, surtout qu'avec les rebonds, ça risque de fairesplotch contre la falaise :o)... Nous déballons notre casse-croûtepour reprendre quelques forces. Des nuages surgissent alors d'un seul coup,à notre hauteur, et toute la vue se bouche. Les nouveaux arrivantsfont un peu la tête, tout déçus qu'ils sont. Au bout d'unedemi-heure, la vue se dégage à nouveau, et le fjord se réapparaîtsous nos yeux. On repart peu après, pour une heure et demie de descente.

Le temps de se reposer un peu en arrivant au parking et d'examinerla carte, nous décidons d'aller jusqu'aux environs deHaugesund. Il n'est pas tard, et nous pouvons en profiterpour avancer un peu. Deux ferries et quelques dizaines de kilomètresplus loin, nous décidons de nous arrêter pour lanuit, à quelques kilomètres d'Haugesund, donc, dans uncamping. Le gars de l'accueil, là aussi, est super sympa. L'endroitn'est pas très fréquenté ce soir là, et le terrain est plutôthumide... Les moustiques sont également de sortie, ce soir !Mais ils n'auront pas le temps de trop nous piquer: la pluiese met à tomber, au moment où nous allions nousreplier sous la tente... On s'endort donc sous une petite pluie...

De Haugesund aux environs de Bergen.

Pont de KamesundLe réveil n'est pas triste ! C'est le déluge. Dehors, ily a d'énormes flaques. J'ai la nette impression de ne pas avoirentendu la pluie s'arrêter de toute la nuit... C'est aussiça, la Norvège. On plie rapidement la tente, trempée,et on file rendre la clé d'accès au gars du camping. On échangequelques plaisanteries sur la meteo et l'absence de moustiques,par ce temps, et je lui demande s'il a des infos sur la météo...Sitôt dit, il se connecte sur internet et me sort les prévisionspour les 4 jours à venir, dans la région de Bergen, verslaquelle nous nous dirigeons. Donc, sous la pluie, on prendla route pour Haugesund, notre destination de la veille.Nous souhaitons faire un petit tour à la chapelle d'Avaldnes,avec le mégalithe de 6,5 mètres de hauteur situé le longdu mur nord, penché à le toucher. D'ailleurs la légende ditque lorsque le mégalithe touchera le mur de l'église, il ensera fini du monde... Pour y aller et pour revenir, nous passonssur le pont de Kamesund (690 m), un arc de cercle gigantesqueentre les deux rives. Au pied de ce pont (quai est), on trouveles cinq vierges folles, cinq pierres tombales de l'èreviking. Toujours sous la pluie. Pas glacial, mais un peu fraisquand même.

Sur le ferryOnrepart en sens inverse pour Bergen. Au fur et à mesurede notre progression, le temps s'améliore, petit à petit (maison voit le soleil au bout de deux heures). Les ferries sontpas donnés (73 & 92 kr). Petit arrêt sous le soleil, à la bifurcationdes routes 48 et 49, au bord de l'eau, avec vue sur le Hardangerfjorden.Chouette coin. Fini la grisaille que nous avions au dessus denos têtes depuis le matin. Le soleil brille est chauffebien :o). On en profite pour étaler la tente et tout ce quin'est pas sec. Ensuite, on prend la E16 peu avant Bergen, etlà, c'est une succession impressionnante de tunnels plus longsles uns que les autres (2 km, 3 km, 5 km !!). Juste avant d'arriversur Bergen, on prend à gauche la route 580, laroutes des campings, puisqu'ils sont pratiquement tous le longde cette voie.

Vue sur le HardangerfjordenNous passons le premier camping, pour aller voir plus loin à quoi ressemblentles autres... Ceux-ci sont rapidement éliminés: moches, tristes, pas sympasdu tout. Pour une fois, le guide du routard a raison. On a pas trop le choix,là. Donc, on revient sur nos pas pour aller au premier camping quenous avions vu, Lone, dont l'entrée se trouve à côtéd'une station service. Ici, il a beaucoup plu ces derniers temps (ça, on lesavait déjà !) et le terrain est détrempé. Du coup, pour ne pas se refaireune nuit dans l'humidité, nous décidons de louer une cabane (hytteren norvégien) pour la première fois. En effet, on trouve dans tousles camping de petites cabanes en bois, plus ou moins aménagées,à partir de 10 m², environ, suivant le nombre de personnes qu'ellespeuvent accueillir. En général, il y a de la place pour 2 litssuperposés, une table, un frigo et c'est tout. Mais, bon, on est auchaud et au sec, au moins :o). La nôtre comporte vraiment le strictnécessaire. Mais c'est suffisant. La tente est sèche, mais il ne faitpas trop beau et c'est vraiment trempé. On est pas les seuls à s'être prisla sauce, la nuit précédente... D'autre campeurs font sécherleur tente sur la terrasse de leur hytter :o). Une nuit au chaud, çapeut pas faire de mal ! Le ciel se dégage, au moment où le soleil se couche.La nuit va être fraîche.