Accueil > Carnets de voyage > Europe du nord > Norvège 2000 > Norvège 2000: Brønnøysund - Namsos

Norvège 2000: Brønnøysund - Namsos

Brønnøysund - Namsos

TorghattenLetemps à l'air dégagé, ce matin. Nous prenonstranquillement notre petit déjeuner dans notre cabanede luxe :o). Franchement, une cabane comme celle là,ça mérite le détour ! Nous ne partons pastrop tard, tout de même. Nous allons tout au bout de l'île,jusqu'à Torghatten, pour aller nous balader surce site de légende. De loin cet endroit ressemble àun énorme chapeau avec un trou au milieu... En fait,c'est surtout visible du côté sud. Plus on s'éloigne,et plus cela devient évident, alors que tout prêt,on manque vraiment de recul: c'est vraiment un chapeau énorme:o).

TorghattenLalégende raconte qu'un soir, la jeune et jolie Lekamøyase baignait dans la mer, en compagnie des sept filles du roide Sulitjelma. Hestmannan, le fils de Vågekallen, passaitpar là. La scène enflamme ses sens ;o), et ilressent aussitôt un profond désir pour la jeuneLekamøya. Il s'élance alors vers elle... Les jeunesfilles s'enfuient, et après une interminable poursuite,elles renoncent toutes. Toutes, sauf Lekamøya, qui continuede fuir. Elle n'a pas été rattrappée alorsque l'aube se lève. Furieux, le gaillard décocheune flêche vers la belle. L'habile roi de Sømna(on ne sait pas d'où il sort, celui-là !) jettealors son chapeau vers la flèche, sauvant ainsi la viede la jeune fille. Le chapeau percé tombe prèsde Torgar. A ce moment précis, le soleil se lèveet le charme pétrifie le chapeau. Torghatten estné. La balade est vraiment sympa et le passage dans l'énormetrou est impressionnant. A plus de 20 mètres au-dessusde nos têtes, le plafond rocheux en impose... De l'autrecôté, nous avons une vue splendide sur la mer etun nombre incalculable d'îlots. Il n'y a personne, c'estle paradis :o).

VennesundDeuxheures plus tard, on repart sur la route 17, vers Vennesundoù nous allons prendre un ferry pour atteindre l'autrerive, à Holm. La route est agréable, eton prend notre temps. Nous patientons quelques instant àVennesund, une ville minuscule, en attendant le bateau.Après la traversée, nous nous engageons sur uneroute bordée d'arbres. C'est vraiment chouette. Du coup,on s'arrête un peu pour se promener dans le coin..

VennesundUnpeu plus loin, nous essayons d'aller faire un tour àFikumfossen , une chute de 35 mètres de hauteurqui est aussi le plus grand escalier à saumons d'Europe.La chute est régulée artificiellement par un barrage.Juste un petit filet d'eau s'écoulait lorsque nous sommespassés. A côté, se tient un aquarium dusaumon (Namsen Laksakvarium), fermé égalementen cette saison. Nous poursuivons notre route jusqu'au campingde Namsos, perdu en plein campagne, juste à côtéd'un aérodrome. Nous installons la tente, et nous préparonsnotre itinéraire pour la semaine à venir. Le reste su voyages'annonce bien : églises en bois, parcs nationaux, muséesglaciers, quelques fjords... Il ne fait pas chaud, ce soir,mais ça change un peu de dormir sous la tente. Pour le lendemain,on décide de repasser à Trondheim et denous y arrêter pour la journée. Ce sera aussi l'occasionde prendre notre revanche sur le restaurant que nous n'avionspas trouvé à l'aller. D'ici là, nous avonsquelques gravures rupestres à voir...

Vendredi 01/09: Namsos - Trondheim

Céréales sur fond de fjordIlfait beau, mais pas chaud (6°C)! Et l'air met du temps àse réchauffer, malgré le soleil. Nous recherchons Bardal,un site de gravures rupestres, situé, selon notre guidebleu, peu avant Steinkjer, sur la droite. Nous ne trouvonspas de panneaux sur notre route, et nous nous arrêtonsà l'office du tourisme de la ville. Là, on nous renseigne,avec plan détaillé à l'appui. Nous devonsfaire demi-tour, prendre à gauche, puis parcourir quelqueskilomètres (une petite dizaine avant d'arriver sur lesite). Sans les indications de l'office de tourisme, on auraitmis du temps pour trouver ! C'est vrai, que globalement, lessites ne sont pas très bien indiqués, dans cepays. A part les principales attractions touristiques, il fautvraiment en vouloir pour trouver. Ouf !

Gravure rupestre à BardalCéréales sur fond de fjord

Nous nous retrouvons au milieu des champs de céréales,avec le fjord en fond de paysage. Les gravures rupestres setrouvent juste à côté d'une ferme, sur unénorme rocher noir. Pour arriver là, nous devonsemprunter le chemin bordé d'arbres qui mène àla ferme. Les gravures de Bardal datent de deux époquesdistinctes. Elles ont été peintes en rouge (lesplus anciennes) et en jaune, afin de bien les distinguer. Ily en a partout, les unes recouvrant les autres. Bien entendu,toutes les suppositions sont ouvertes, en ce qui concerne lasignification des ces témoignages du passé.

Vers BardalNousreprenons notre route, en longeant fermes et champs de céréalesà perte de vue. La région autour de Trondheimet Steinkjer est très agricole, apparemment. Ilfaut dire que le paysage est relativement plat, donc propiceà l'agriculture. On se retrouve rapidement à Trondheim,où nous allons directement au bed & breakfast quenous avions repéré il y a quelques jours. On surprendpresque la dame sous sa douche... Faudra téléphoner la prochainefois. On dépose nos affaires et on part en ville pourflâner tranquillement dans le vieux quartier.

Vers BardalOnse fait une séance de cartes postale au Gasa Café, un pub toutsympa décoré avec tout et n'importe quoi. Il est à peine17h00, et, déjà, certains sont en train de manger.Nous, on en est à notre bière :o). Il ne nousreste plus qu'une semaine de vacances... Le temps passe tropvite. Ensuite, nous faisons un petit tour dans Trondheim,vers 19h00; le centre ville se vide petit à petit... On se lanceau restaurant, que nous avions loupé la première fois, qui sesitue près du Folkmuseum, effectivement très éloignéede là où nous cherchions, par rapport au plande l'office de tourisme... Il s'agit d'une vieille auberge de1739, vraiment géniale: vieilles tables et chaises, toutes différentes(ou presque), dans plusieurs pièces. Moins sympa, les tarifs.Mais bon, c'est la Norvège, on commence à en avoirl'habitude, et on assume. Le principe de fonctionnement du restaurantest assez surprenant, mais très agréable: on s'installelibrement, on choisit le menu, et on va commander au comptoir.On en sort heureux, repus. Nous faisons une petite balade (digestive,bien méritée) sous la pluie (encore !) autourdu musée, avant de rentrer au B&B.