Accueil > Carnets de voyage > Europe du sud > Italie Venise 2008 > Venise avril 2008: le Castello, Rialto, San Paolo

Venise avril 2008: le Castello, Rialto, San Paolo

Façade de l'hôpital: Scuola Grande di San MarcoNotre balade se poursuit, dans le quartier du Castello, aux rues plus étroites et moins fréquentées que les alentours de San Marco. Nous avançons un peu au hasard, tout en essayant de nous rapprocher du Rialto. C'est un peu comme ça que nous tombons, sans l'avoir vraiment voulu (bien que ce soit un endroit où nous souhaitions aller), sur le Campo Zanipolo. On y trouve une église en brique rouge, l'église dominicaine San Giovanni e Paolo, qui jouxte un autre bâtiment, plutôt imposant et très différent dans son style, la Scuola Grande di San Marco. Cet édifice abrite l'hôpital municipal. Comme l'indique le Lonely Planet, il ne faut pas manquer de jeter un oeil à l'entrée. La façade, en marbre, consiste en l'un des plus beaux appareillages que l'on puisse admirer à Venise. C'est vrai que ça en jette.

Un 'morceau' de la basilique San Giovanni e PaoloL'église San Giovanni e Paolo (appelée également San Zanipolo) quant à elle tranche par la couleur de sa façade en briques rouges, tout restant dans le même degré que l'hôpital en ce qui concerne la taille. De style gothique italien, sa construction a démarré en 1333 pour se terminer près de 100 ans plus tard, en 1430. Nous n'avons pas pris le temps de visiter l'intérieur. L'entrée de la plupart des églises étant payante, nous avons effectué une sélection avant le départ, et celle-ci n'en faisait pas partie. D'après le guide, 25 Doges y reposent pour l'éternité. C'est un peu le Panthéon de Venise, en quelque sorte...

Une façade vénitienneNous poursuivons dans le Castello, toujours plus ou moins au hasard, selon l'intérêt des rues et bâtiments que nous croisons. Nous en profitons aussi pour regarder les menus des restaurants que nous a conseillé le gars de l'hôtel (ils sont tous dans une zone relativement limitée entre l'hôtel et le Rialto), histoire de vérifier les horaires d'ouverture et de repérer les lieux (enfin, ça, c'est pour la frime, vu le nombre de fois où nous nous sommes perdus dans les ruelles). Bon à savoir, la pizzeria est fermée le lundi. Pour les deux autres restaurants, nous choisissons de monter progressivement en gamme: l'Osteria de Alberto ce soir, et le Mascaron lundi, pour achever dignement cette escapade. Nous gardons donc la pizzeria pour dimanche soir. En attendant l'heure du repas, nous continuons à déambuler tranquillement dans les rues.

Ce qui est rigolo dans les rues vénitiennes, et ce qui nous a frappé dès nos premiers pas dans la cité lacustre, ce sont les interphones, qui sont tous dans style très... vénitien, avec quelques exemples ci-dessous:

Interphone 'old fashion'Têtes d'interphoneUn lion dans l'interphone

Peu avant d'arriver au Rialto, la pluie se remet à tomber... Sur un pont, un couple de jeunes australiens me demande de les prendre en photo, sous leur parapluie; et se propose de faire de même avec nous. Nous nous laissons faire... Puis, soudain, juste après un virage à 90°, nous tombons sur le fameux pont du Rialto. C'est vrai qu'il est beau, ce pont, avec ses constructions dessus (des boutiques à souvenir pour la plupart).

Le pont du RialtoLe Grand Canal vu du Rialto

San Giacomo di Rialto.La pluie reste modérée, mais le temps ne semble pas vouloir s'améliorer, si on en croit les grondements de tonnerre et les nuages noirs qui n'en finissent pas de passer au dessus de nos têtes. Nous passons rapidement les boutiques installées sur le pont pour passer de l'autre côté du Grand Canal, que nous longeons ensuite en direction du marché du Rialto. Nous quittons la rue Ruga dei Orefici, pleine de boutiques pour nous retrouver dans... des rues à bars et autres restaurants :), notamment sur la place de la petite église San Giacomo di Rialto, avec son horloge solaire de 1410. Juste à côté se tient le marché, de fruits et légumes. Mais à cette heure-ci, tout est vide, et pour cause, il se tient le matin uniquement. Nous avons d'ailleurs l'intention de revenir lundi matin, lorsqu'il sera ouvert. Aisément reconnaissable avec ses colonnes et les teintures rouges, se trouve la halle de la Pescheria, le marché aux poissons existant depuis le 14e siècle. Désert lui aussi à cette heure.

Taxis à parapluie. Rialto.Juste en face du marché, de l'autre côté du canal, se trouve un somptueux palais, le palais La Ca d'Oro, un des plus beaux bâtiments de style gothique flamboyant, que nous pourrons observer de plus près lors de notre "croisière" en vaporetto sur le Grand Canal prévue pour lundi après midi. Toujours sous quelques gouttes de pluie, nous nous dirigeons vers le restaurant (Osteria de Alberto), assez tôt (il est à peine 19h passées), pour être sûrs d'avoir de la place; et ce fut juste. Une serveuse nous fait comprendre qu'il y a de la place (ouf), mais que nous devrons libérer la table pour 20h15, pour laisser notre table à une réservation. Cela nous laisse un peu plus d'une heure, ce qui nous paraît suffisant, surtout que j'ai repéré les seiches "al nero di sepia" sur le menu; ça aurait été dommage de rater ça! Et nous n'avons pas regretté notre choix: les seiches étaient excellentes! C'est vrai que l'aspect du plat est étrange, on n'a pas l'habitude de voir une sauce noire comme celle là dans une assiette. Mais c'est un véritable délice. Depuis, d'ailleurs, j'achète régulièrement des encornets sur le marché et je les fais soit à l'encre, soit à la provençale. Les enfants adorent... Heu, fin de la parenthèse cuisine. Claire quant à elle, a modérément apprécié le plat, mais elle s'est rattrapée sur le dessert, un tiramisu digne de ce nom.

Arcades de la Place San Marco, la nuitSan Marco: envie d'un masque à 475 euros ?

Place San Marco, la nuitLorsque nous sortons, après avoir échangé quelques mots en franco-anglo-italien avec le patron, soulagés de quelques 42 euros, vin compris, il fait déjà nuit. Mais la pluie s'est arrêtée, c'est toujours ça de pris. Nous décidons de marcher dans les rues, beaucoup moins fréquentées que le jour, et de rejoindre la place San Marco. C'est sympa, Venise la nuit, dans les ruelles à peine éclairées, sans foule, avec de temps en temps le clapotis de l'eau sur les berges après la passage d'un bateau, ou d'une gondole. Nous flânons un peu sous les arcades de la place San Marco en jetant un oeil sur les quelques vitrines proposant des objets hors de prix (sabres de verre, masques de luxe, etc). Nous décidons de rentrer tranquillement, en tentant un itinéraire un peu différent, en longeant le Palais des Doges, et en suivant le quai, puis en remontant par une rue sur notre gauche... 25 minutes plus tard, nous nous retrouvons sur le même quai, à quelques centaines de mètres de notre point de départ... C'est déjà pas facile le jour, mais la nuit, n'en parlons pas :). Nous arrivons finalement à retrouver le chemin de l'hôtel sans trop de mal.