Accueil > Carnets de voyage > Europe du sud > Italie Venise 2008 > Venise avril 2008: Rialto, San Marco, Ile de Burano, Grand Canal

Venise avril 2008: Rialto, San Marco, Ile de Burano, Grand Canal

Ce lundi, notre programme est chargé: marché du Rialto, montée du Campanile et entre 11h30 et 12h30, visite de la Basilique Saint Marc, pour profiter de l'éclairage des mosaïques d'or (qui ne sont pas éclairées en dehors de ces horaires). Et pour l'après midi, nous avons décidé d'aller faire un tour sur une des îles autour de Venise, et notre choix s'est arrêté sur celle de Burano. Nous ne pensons pas avoir le temps d'en visiter d'autre, et nous avons donc estimé que Burano était l'une des plus agréables (d'après le Lonely Planet et les divers avis recueillis sur internet avant de partir). En plus, le soleil est de la partie! Chouette !

Vue du pont du RialtoVue du pont du Rialto

Après un nouveau petit déjeuner au soda (beurk !), nous prenons la direction du Rialto, afin de faire un tour sur le marché, et voir les particularités vénitiennes et/ou italiennes.

Marché du RialtoMarché du Rialto

Nous repartons pour la place San marco, pour aller admirer la vue du haut du Campanile. Il y a déjà du monde, et nous patientons un petit quart d'heure avant de prendre l'ascenseur qui nous mène juste sous les cloches. Là, évidemment, l'espace est restreint, et c'est bondé. Il faut patienter un peu pour enfin profiter de la vue...

Le Campanile

Une partie de Venise est recouverte par le brouillard, que le soleil est en train de chasser. La vue est vraiment splendide.

Les clochers de la basilique San MarcoSan Marco: la place et la tour de l'horloge

Nous profitons bien de l'endroit, en essayant de repérer les endroits où nous sommes déjà allés... Mais ce n'est pas évident, à moins de reconnaître ici un clocher, là un... autre clocher.

Place San MarcoColonne du Lion de Sain Marc, piazzetta San Marco

Nous redescendons vers 11h, pour la visite de la Basilique Saint Marc. Ce qu'il faut savoir, c'est qu'à l'intérieur, les murs, voûtes et coupoles sont recouvertes de mosaïques d'or (près de 8000 m²). Et ces mosaïques sont mises en valeur tous les jours de 11h30 à 12h30 par un éclairage spécifique. Nous prenons place dans la file d'attente déjà conséquente. J'en profite pour observer la tour de l'horloge juste en face de nous.

Le cadran solaire de la tour de l'horlogeMosaïques de la basilique, vues de la Galleria

Finalement, ça avance assez vite, et nous entrons dans la basilique. Sur la droite, avant l'entrée, un escalier même à l'étage (entrée payante), et donne accès à la Galleria, autrement dit au musée de la Basilique et à la loggia des chevaux sur l'extérieur; ça vaut vraiment le coup, la vue sur l'intérieur de l'église est superbe (et il est assez facile de prendre des photos malgré les interdictions), et de l'extérieur, on domine toute la place San Marco. Effectivement, il vaut mieux voir les mosaïques pendant qu'elles sont éclairées, elles sont vraiment magnifiques ainsi, et on peut en apprécier tous les détails.

Mosaïques de la basilique, vues de la GalleriaPiazetta San Marco, vue de la Loggia

Rialto - San Marco - Ile de Burano - Grand Canal

Nous prenons notre pause déjeuner sur un banc, sur la place Campo Santi Giovanni e Paolo. J'aime bien cette place, il y a de l'espace, un peu de passage, mais pas trop, un glacier (pas mauvais, d'ailleurs), un restaurant. Bref, c'est paisible. Nous avons acheté un peu de tout (parts de pizza, beignets d'aubergines, etc) dans un petite boutique tout prêt d'ici, dans la rue Barbaria delle Tole. C'est délicieux !

Pause déjeuner sur le Campo Santi Giovanni e PaoloRetour au pont du Rialto

Nous faisons ensuite une petite promenade digestive pour rejoindre l'arrêt de vaporetto sur Fondamenta Nuove pour aller sur l'île de Burano, en passant par les plus petites ruelles que nous trouvons... Et nous finissons par nous perdre :). Bon, finalement, nous arrivons sur Fondamenta Nuove, à l'arrêt de vaporetto de la compagnie ACTV. Manque de bol, les guichets sont fermés. On nous indique que pour prendre des billets, il nous faut retourner au Rialto. Demi-tour, donc, non sans avoir essayer d'acheter des billets au kiosque à journaux juste à côté (peine perdue, c'est niet, y'en a plus !). Nous repartons donc pour le Rialto, mais cette fois, par le chemin le plus court (enfin, on essaye !), où nous achetons nos billets valables 24 heures, avant de revenir sur nos pas, et de prendre enfin le bateau (ligne LN) pour Burano. La traversée dure 45 minutes environ environ. La petite sieste pendant le trajet est bienvenue.

BuranoBurano

BuranoA l'arrivée, tout le monde déboule du bateau et part tout droit, dans ce qui semble être la rue principale. Nous partons vers la droite, dans une rue plutôt déserte, et en prenant tout notre temps. Toutes les maisons sont colorées, du linge sèche à presque toutes les fenêtres (c'est à se demander si ce n'est pas une obligation, ici...). Mais c'est très chouette tout de même. Burano est connue pour ses dentelles... Nous nous attendons donc à trouver moult boutiques, avec de la dentelle, mais qui ne vient pas forcément du coin, comme c'est indiqué sur le Lonely Planet. Mais pour l'instant, pas de boutique à l'horizon (et c'est tant mieux). Nous rencontrons un peu de monde lorsque nous longeons les quelques canaux qui sillonnent la ville, et nous nous efforçons de prendre la première perpendiculaire dès que les rues deviennent trop fréquentées. Comme Burano n'est pas très grande, nous tombons fatalement sur la rue et la place principale: boutiques, restaurants et touristes. C'est vers ici que se sont précipités tous les passagers en sortant du bateau... Franchement, n'étant pas particulièrement adeptes de la dentelle, nous nous esquivons rapidement vers des ruelles plus calmes, pour revenir vers l'arrêt de vaporetto, en contournant largement l'île par la droite. Nous avons déambulé dans les rues pendant près de 2 heures, sous un soleil radieux. Nous repartons pour Venise, alors que le ciel commence à s'assombrir...

BuranoBurano

Nous passons rapidement à l'hôtel, puis au supermarché juste à côté pour faire quelques emplettes à ramener chez nous (des pâtes, quelques gâteaux secs...), avant de repartir dans les rues, avec cette fois pour objectif une balade en vaporetto sur le Grand Canal. Nous passons par la Strada Nuova, très différente de la veille au soir, avec ses boutiques et sa rue animée, et nous poursuivons jusqu'à Piazzale Roma où nous prenons le vaporetto en direction de San Marco.

Grand CanalGrand Canal: Ca del Oro

La vue sur tous les palais qui bordent les rives du canal est effectivement unique. Nous prenons place sur les sièges à l'avant du bateau. Difficile d'avoir le nez dans le guide pour savoir ce que nous avons sous les yeux, et de profiter de la vue en même temps. Alors basta, le guide: au fond du sac. Bercé par le doux ronronnement du moteur du vaporetto, je me laisse aller à la sieste contemplation des rives du canal.

Grand CanalGrand Canal

Difficile cependant de voir les deux rives sans en louper un morceau. Mais nous comptons bien nous rattraper le lendemain en reprenant le vaporetto à San Marco dans l'autre sens, pour aller prendre le bus pour l'aéroport. La circulation fluviale n'est pas évidente, entre les gondoles, et autres embarcations qui circulent sur le Grand Canal, tout ceci à l'air d'être un joyeux foutoir, pour mes yeux de profane...

Circulation sur le Grand CanalGrand Canal: débarcadère accueillant

Détail de la Basilique San MarcoDétail de la porte de la Basilique San Marco

Nous nous retrouvons sur la place San Marco pour la Xème fois depuis le début du séjour. Les pigeons et autres touristes sont toujours aussi nombreux. Je réserve le restaurant de ce soir pour 21h, histoire de ne pas nous retrouver le bec dans l'eau. Ensuite, nous déambulons alentours tranquillement, en attendant que le soleil se couche et que la nuit tombe sur la place, et profiter de l'heure la plus propice (quelques minutes après le coucher du soleil), pour prendre des photos de la place.

Place San Marco entre chien et loupPlace San Marco:  entres arcades

La nuit venue, nous nous rendons au dernier restaurant de la liste que nous avait conseillé le gars de l'hôtel (le Macaron). Nous commençons par un petit Spritz en guise d'apéro et je me reprend un plat de seiches à l'encre noire, accompagné de polenta. Un véritable délice. Claire opte plutôt pour des gambas, et nous finissons par un dessert vénitien, de petits gâteaux en forme de 'S' à tremper dans un verre de vin doux (enfin, sucré, plutôt, et surtout assez alcoolisé). Le cadre du restaurant est vraiment sympa, et l'accueil également. C'est très bon, mais les prix sont plutôt dans le haut du panier, comme on nous l'avait annoncé; nous nous en sortons pour 70 euros.

Vitrine d'un magasin de masques, quartier San Marco

Nous faisons une dernière balade nocturne dans Venise sous quelques gouttes de pluie, dans les rues désertes. Nous repassons par l'inévitable place San Marco. Tentés par le café Florian et son chocolat chaud à 15 euros (gloups !) ? Heu, bah, pourquoi pas demain, parce que, là, avec le repas que nous avons fait, je risque de ne pas apprécier des masses.

Sur le chemin de l'hôtelUne place dans Venise endormie