Accueil > Carnets de voyage > Europe (Est-Ouest) > France Cantal 2000 > Cantal 2000: le Plomb du Cantal: neige et pluie...

Cantal 2000: le Plomb du Cantal: neige et pluie...

Plomb du Cantal - DépartLa journée s'annonce ensoleillée, du moins, pour l'instant. Nous nous préparons tranquillement à arpenter lespentes du Plomb du Cantal (1855 m). Nous prenons la route en début d'après midi (le point de le départ se trouve à une dizaine de kilomètres de notre gîte, au lieu dit Prat de Bouc). Juste avant d'arriver, la route longe une forêt complètement dévastée par la tempête de décembre 1999.Plomb du Cantal C'est complètement fou, de voir les effets de cette tempête: de nombreux arbres ont été cassés nets ! Le travail pour déblayer tout ça est colossal... Nous arrivons donc, après ce spectacle de désolation, au pied du chemin qui doit nous mener au sommet, dont nous pouvons voir admirer l'enneigement, relativement important tout de même en cette saison.

Mais bon, le soleil est encore là (plus pour longtemps !), et nous commençons à grimper, en suivant un chemin très large. Petit à petit, nous traversons de plus en plus de plaques de neige, pour finalement ne plus marcher que sur de la neige. On arrive également très vite sur les installations pour les pistes de ski : perches bleues et rouges pour baliser, indicateurs  des numéros de piste...Plomb du Cantal Le tout forme un ensemble assez étrange, car il n'y pas de skieur. On a l'impression que tout le monde s'est volatilisé d'un seul coup, en ne laissant que des installations et équipementssans plus aucune utilité... Une station fantôme, en quelque sorte... Les dernières centaines de mètres jusqu'au sommet se font vraiment dans la neige, en glissant... A chaque pas, on dérape un peu. Epuisant.

Tout en haut, on se trouve nez à nez avec le téléphérique qui vient de Super Liorant, dans la vallée opposée. Le vent souffle fort, et il commence de pleuvoir. Bon, il va falloir qu'on songe à redescendre avant d'être trempés. On s'arrête quelques instants vers la table d'orientation, mais l'horizon est passablement bouché. On devine le Puy de Dôme, quelque part au loin.Feu de cheminée La pluie se transforme en une légère bruine, pour finalement s'arrêter au moment où nous entamons la descente, après avoir longé les crêtes quelques instants. On s'élance alors dans de larges plaques de neige, en courant. Bon, ça dure pas longtemps, y'a pas des tonnes de neige non plus. On se calme donc lorsque les rochers se font un peu plus nombreux. D'ailleurs, une pause goûter nous permet de souffler un peu :o).

En arrivant au parking, plein de neige dans les chaussures, on peut constater les ravages de la tempête de décembre 1999 sur les collines d'en face : c'est une partie de la forêt domaniale, et elle est vraiment ravagée... C'était sympa cette petite balade, on a pris un bon bol d'air, et ça nous a mis en appétit pour le soir... On profitera de la relative fraîcheur pour allumer la cheminée, le soi rdans le gîte pendant l'apéro et le dîner :)