Accueil > Carnets de voyage > Europe (Est-Ouest) > France Dordogne 1999 > Dordogne 1999: Gluges - Lacave

Dordogne 1999: Gluges - Lacave

Gluges - Lacave

ça sèche !Au réveil, surprise : le soleil est là !! L'opération "séchage de tout" commence: nous déballons tout ce qui n'est pas sec (autrement dit presque tout) et on étale ça au soleil. On a de la place, il n'y a vraiment personne ! ça, c'est vraiment un bon plan... En revanche, le village (Gluges) à côté ne dispose pas d'épicerie ou quoi que ce soit d'autre pour nous ravitailler en pain... En fait, il n'y a qu'une petite dizaine de maisons. Il y a bien une épicerie au camping, mais, comme dans la plupart des endroits où nous allons planter la tente, aucun d'entre eux n'aura ouvert son épicerie, étant donné que nous sommes en avant saison, et qu'il y a encore peu de monde...

Falaises Après avoir tout fait sécher au soleil, nous repartons, vers 11h00, pour notre prochaine destination, en longeant les falaises. En chemin, nous allons essayer de nous arrêter pour faire quelques courses : la ville la plus proche (et la plus importante) semble être St Sozy... Encore une fois, avec le courant, nous avons un peu de mal à nous arrêter, et nous nous retrouvons sur la rive, quelques centaines de mètres après le pont, non loin d'une colonie de vacances, semble-t-il... Deux d'entre nous partent au ravitaillement : ce n'est pas le bon horaire pour faire les courses : entre midi et 15h00, tout est fermé. Quelques canots passent devant nous, essentiellement des hollandais et des allemands, pendant que nous mangeons. L'étape du jour est très courte : nous avons choisi de nous arrêter vers Lacave, au camping de la Rivière.

Sous les arbres... les moustiques ! Ce camping n'est d'ailleurs pas facile à voir, de la rivière : la rive est très haute à cet endroit. On peut juste distinguer le haut des panneaux abritant les prises électriques pour les caravanes. Cette fois, l'endroit prévu pour accoster est praticable. En installant les tentes, nous nous apercevons que l'endroit est infesté de moustiques. Il sera d'ailleurs surnommé "mosquito land". Nous devions être les premiers campeurs de la saison, car ils se sont jetés sur nous comme s'ils n'avaient piqué personne depuis l'été dernier. On décide donc d'aller faire un tour au village voisin pour prendre des mesures anti-moustiques... et aussi pour fuir cet endroit quelques instants. Nous allons donc jusqu'à Lacave, par la route, à environ 2 ou 3 km du camping. Là, l'épicière du coin nous dit qu'effectivement, il y a énormément de moustiques cette année : d'habitude, il n'y en a pas tant. Après une petite bière, nous rejoignons mosquito land. Nous dinons donc, avec chacun sa méthode pour se protéger (K-Way, jean's) et une spirale anti-moustique. Cela dit, ils ont l'air moins virulents... Ou alors, on s'est habitués.

Lacave - St Julien

Pause carte...Une nouvelle journée très ensoleillée nous attend. Va falloir faire gaffe aux coups de soleil. Nous devons aussi nous ravitailler un peu... C'est fou ce qu'on peut dévorer, quand même ! Pourtant, on a pas l'impression de faire tellement d'efforts : avec le niveau d'eau élevé, le courant est suffisamment fort pour que l'on se laisse porter jusqu'à notre prochaine étape. Mais c'est marrant d'aller observer les rives de près, histoire de surprendre la nature à l'oeuvre... une canne et ses minuscules canetons, des hérons haut-perchés, des oies... Bref, on s'arrête à Souillac, juste après le premier pont, pour aller faire les courses... toujours à la même heure, et tout est fermé. Il y a bien un supermarché, mais il n'est pas tout prêt : compter 30 minutes de marche aller... Après le repas, et une pause pendant la période la plus chaude, on embarque pour St Julien.

Un peu avant St JulienJuste avant St Julien, la rivière s'agite un peu, dans une succession de virages. Mais on peut éviter les quelques vagues en passant sur la gauche. Nous décidons de nous arrêter au camping municipal, sur la rive gauche : l'accostage se fait sans trop de mal, à part un bon plouf, de quelqu'un que je ne nommerai pas :o). Il y a toujours ce courant et le niveau d'eau qui nous empêchent parfois de nous arrêter où nous souhaitons. Mais c'est probablement dû à la saison. Il a plu énormément, ces derniers temps, et l'EDF lâche donc un peu d'eau. En été, le niveau est plus bas, nous a-t-on dit. Douche-dîner rapide, et nous allons faire un petit tour au village pour boire un coup.