Accueil > Carnets de voyage > Europe (Est-Ouest) > Pays Bas 2002 > Pays-Bas 2002: nord de la Frise - Edam - Hoorn

Pays-Bas 2002: nord de la Frise - Edam - Hoorn

Nord de la Frise - Edam - Hoorn

Balade en FriseNous partons relativement tôt, après avoir pris un solide ettrès bon petit déjeuner, style continental. Direction Lauwersoog,pour prendre le bateau vers l'île de Schiermonnikoog.Sur la carte, peu de kilomètres, mais en définitive, nous mettronsbeaucoup plus de temps que prévu, la traversée de certainesvilles étant très lente. Du coup, en arrivant sur les parkingavant de prendre le bateau, on nous apprend que le dernier bateau est partiil y a 5 minutes, et que le prochain est dans 3 heures... Sachant que noussouhaitons être près d'Amsterdam ce soir pour pouvoir la visiter le lendemain, ça nous paraît trop juste, etnous décidons d'aller un peu plus loin, sur la route, et nous balader dans le coin à pied.

Balade en FriseLe soleil tappe fort. Nous trouvons une boucle de 5-6 kilomètres, tranquille,tantôt en sous bois, tantôt le long de canaux. Très chouettecoin, mais nous sommes un peu déçus, sur ce coup là,quand même. N'ayant pas trop le choix, nous redescendons tranquillementvers Amsterdam. Sachant les difficultés de logementsur place, et nos difficultés de ces derniers jours, nous décidonsde chercher aux alentours d'Edam, petite ville situéeà 15 km à peine au nord d'Amsterdam. Pour cela,nous repassons à côté d'Harligen, pourreprendre la digue. Le ciel se couvre à mi-parcours, le brouillardrevient. Nous redescendons rapidement par l'autoroute pour arriver àEdam, charmante petite ville. A l'office du tourisme, unedame très accueillante nous conseille de remonter vers Hoorn,à 20 km au nord, pour trouver à nous loger: tout est complet(sauf peut-être les hôtels à 5 étoiles) ici, au sud d'Amsterdam,sur la côte, et dans le centre du pays...

Edam, la nuitEn la remerciant, nous partons donc à Hoorn (prononcer"ouren", en roulant le "r"). Sur place, nous nous garonsau premier parking, histoire de ne pas perdre de temps. Nous rejoignons rapidementl'office de tourisme en quête d'un logement. On nous propose un Bed& Breakfast: nous acceptons, avec joie et soulagement. Le gars de l'officese propose d'effectuer la réservation par téléphone,moyennant une commission. Nous acceptons. Il devra s'y prendre à troisfois pour nous trouver une chambre. Nous décidons de prendre les 2prochaines nuits d'un coup, pour être tranquilles. Comme nous avonsprévu d'aller à Amsterdam le lendemain et d'ypasser toute la journée voire la soirée, cela n'est pas gênant...Au moment de payer par carte, problème de connexion avec Visa: du coup,nous sommes obligés de ne payer qu'une seule nuit, avec les quelqueseuros qu'il nous reste en poche. Heureusement, nous avons pu retirer de l'argenten début de soirée, après avoir vainement essayéau cours du reste de l'après midi, à des endroits différents.Nous nous rendons donc à De Goorn, une petite villeà 10 kilomètres de Hoorn où se trouvenotre chambre.

Edam, la nuitNotre hôte, jeune retraitée, nous apprend que nous sommes ses premiers invités, c'est la première année qu'elle proposedes chambres. Enchantée par notre venue, elle nous offre le café. Nous commençons par échanger quelques mots, avec un mélange de français et d'anglais (elle nous parle en français et nous en anglais). Nous la quittons pour aller dîner à Edam, que nous n'avions pas eu le temps de visiter, du coup, et sous la pluie. Celle-ci arrête de tomber un peu avant notre arrivée :o). Nous faisons un petit tour de la ville (qui n'est pas très étendue), en examinant les menus des divers restaurants. Il y a tout de même quelque chosede très surprenant, aux Pays-Bas: dans de nombreuses maisons privées, il n'y a pas de rideaux aux fenêtres. Du coup, voyant de la lumière, on s'approche pour voir, pensant tomber sur la vitrine d'un magasin, et on tombe sur une salle à manger ou un salon,avec des gens sur leur canapé! C'est d'autant plus trompeur, de loin, car les devantures sont toutes décorées...

HoornBref, nous dînons tranquillement dans un bar, sur une grande table, que nous partageons avec d'autres convives. Nous entendant parler français, ils engagent la conversation: ils viennent de Grenoble et ont eu un peu les mêmes aventures que nous pour trouver à se loger. Tout comme nous, ils s'apprêtaient à dormir dans la voiture :o). Avant de rentrer, nous faisons à nouveau un petit tour dans les petites rues faiblement éclairées d'Edam. En arrivant à De Goorn, notre hôte est dans son salon, en train de partager une bouteille de vin avec nos voisins de chambre: un couple de français, également. Décidément ! Elle nous propose de nous joindre à eux, et la discussion s'installe, chacun échangeant ses impressions. Pour Amsterdam, on nous conseille vivement d'y aller en train, à partir de la gare de Hoorn: le trajet prend à peine 40 minutes et évite les problèmes de stationnement et le coût exorbitant de celui-ci, notamment à l'intérieur des canaux. En nous renseignant sur le nombre de trains et leurs horaires (pour rentrer le soir, surtout), nous décidons d'adopter cette solution. La chambre étant également disponible pour le lendemain, nous décidons donc de la prendre, sans passer par l'office de tourisme, qui, comme nous l'explique notre hôte, prend une commission versée par les touristes, mais aussi sur le prix de la chambre, cette partie étant réglée par ses soins... Nous prenons congé, et montons dans notre immense chambre pour dormir comme des loirs jusqu'aulendemain.