Accueil > Carnets de voyage > Europe (Est-Ouest) > Pays Bas 2002 > Pays-Bas 2002: Amsterdam

Pays-Bas 2002: Amsterdam

Amsterdam

AmsterdamA 8h45, nous quittons De Goorn, après avoir dégusté un excellent petit-déjeuner, pour rejoindre Hoorn, d'où nous allons prendre le train pour Asmterdam. Nous nous garons dans un parking près de la gare, et nous prenons 2billets A/R pour Amsterdam (environ 11 euros par personne). Il ne fait pas très beau, toujours cette grisaille... Les trains de "banlieue" hollandais sont tous jaunes (heu, je ne sais pas comment sont les autres), et sont disposent de deux niveaux. D'après le Lonely Planet, la régularité du trafic sur le réseau ferré hollandais est une des grandes fiertés du pays. Effectivement, notre train arrive à l'heure dite...Vers 10 heures, nous débarquons sur le quai de la gare centrale, en plein centre d'Amsterdam.Après avoir vérifié les horaires des trains pour le retour(jusqu'à 1h00, environ, un train toutes les 1/2 heures), nous nous dirigeons vers le quartier des musées, tout au sud. Nous faisons le trajet à pied, histoire de découvrir la ville. Sur la droite de la gare, juste en sortant, on trouve un gigantesque parking à vélo (!). Incroyable :o). Nous descendons par l'avenue Damark. Les immeubles sont relativement austères, et imposants. J'en suis d'ailleurs très surpris.

Le Rijskmuseum (face sud)Les rares couleurs des bâtiments sont ternes, ou délavées... Etonnant, je m'attendais à plus de diversité et de couleurs. Nous passons vers le très touristique marché aux fleurs, puis nous traversons les canaux, pour arriver en vue d'un imposant bâtiment, le Rijskmuseum. Le musée Van Gogh est situé juste derrière, à coté du parc. Jusqu'au 2 juin 2002 se déroule une exposition "Van Gogh-Gauguin", et Claire tient absolument à y aller... Nous arrivons devant l'entrée, (aisément repérable à sa file d'attente) et on nous informe que tout est complet pour la journée. Cependant, des billets en vente permettent de visiter ce soir à partir de 19 heures (le musée ferme à 21 heures). On décide d'acheter nos billets tout de même. Après 20 minutes d'attente, la caisse nous délivredes billets pour 17 heures :o). En sortant, nous nous arrêtons sur un banc pour étudier un plan de la ville et définir un itinéraire jusqu'à 17 heures.

Sous le RijskmuseumAprès quelques hésitations et discussions, nous nous mettons d'accord pour errer plus ou moins au hasard, avec quelques points de passage repérés. Pour le reste, on se déplacera selon notre inspiration. Nous longerons tout d'abord les canaux au sud, puis vers l'ouest, toujoursentre les canaux, le centre, le sud est, et puis nous ferons un tour vers la rue Albert Cuypstraat, où se tient un marché, avant de revenir vers le musée (ouf !). Bien entendu, tout arrêt pour boire ou éventuellement manger un morceau sera le bienvenu. Etnous voilà partis ! S'ensuit alors un périple vers le Vonlonderpark, les canaux Prinsengracht, Leidsegracht, Keizersgracht, Herengracht, Singel, etc etc. Les canaux sont, somme toute, charmants avec de chaque côté des ruelles pavées bordées d'arbres et de maisons plus ou moins tordues.

AmsterdamAu centre, nous sommes tombés en plein dans le quartier rouge, sansfaire exprès (si, si !!), et nous nous sommes très vite renducompte que l'endroit où nous étions arrivés était...bizarre. Nous étions tranquillement en train de marcher le long d'uncanal, très calme, avec comme jusqu'ici, pratiquement personne. Etd'un seul coup, bruit, lumières, foule, cris... Pas de doute, au vudes enseignes et des vitrines où sont exposés des engins tousplus gros ou biscornus les uns que les autres, c'est bien ici. Incroyable,à croire que tout le monde vient ici, faire grossir les queues devantdes salles aux enseignes suggestives... Franchement, c'est plutôt glauque,avec tous ces touristes en train de mater (même de filmer) les vitrinesdes prostituées... Bref, on n'insiste pas, et on se retrouve trèsvite au calme, juste en changeant de rue... Nous redescendons lentement versle sud, toujours en longeant les canaux. Globalement, je suis déçupar cette ville, que j'imaginais moins austère sur le plan architectural.

AmsterdamNous retraversons les canaux pour aller plus au sud, dans un quartier beaucoupplus populaire, avec son marché, Albert Cuypmarkt.Il est déjà 16 heures, et nous nous dirigeons donc vers le musée,à quelques centaines de mètres de là. En attendant 17heures, nous nous reposons un peu sur un banc, un peu sonnés par nos6 heures de marche...A l'heure dite, nous nous rendons au musée VanGogh... Effectivement, beaucoup de monde. Difficile d'approcher certainestoiles, la foule parfois compacte empêchant tout mouvement... Une longuechenille serpente lentement de tableau en tableau... Impressionnant. En tout,une centaine d'oeuvres de Van Gogh et de Gauguinétaient présentées, émanant de collections dumonde entier. N'étant pas spécialiste, ni très portésur le sujet, je n'irai pas plus loin dans cette description :o). Un peu plusde deux heures plus tard, nous reprenons nos affaires au vestiaire puis noussortons, à l'air frais. Nous décidons de remonter par l'ouest,en longeant des canaux que nous n'avons pas exploré au cours de lajournée, et d'aller manger à l'ouest de la ville, au restaurantthe Pancake Bakery, un établissement a priori simple. Tranquillement,nous faisons donc nos derniers pas sur le macadam d'Amsterdam.

Dans le restaurant, nous partageons à nouveau une grande table, avecdes japonais. Nous échangeons quelques mots, notamment sur le football(l'effet coupe du monde est passé par là). Enfin, c'est plutôteux qui nous en parlent... Ils sont à Amsterdam pendant10 jours (!): de quoi avoir le temps de visiter tous les musées ducoin ! Lorsque les plats arrivent, ils sont sidérés de voirla taille de leur assiette: énormes. Et je parle pas de la notre quandon nous a amené nos "pintes"... Heu, elles font 1 litres,leurs pintes !! Après toutes ces heures de marche, un peu de réconfort:o). Nous sortons du restaurant vers 22h, et nous décidons de nousdiriger vers la gare, pour prendre le train vers 22h30. Nous arrivons àHoorn 30 minutes plus tard, et nous rentrons à DeGoorn, où tout le monde (nos hôtes et le couple français)est à table, devant un café. Nous nous joignons à eux,et parlons de nos journées respectives, de la difficulté des'orienter ici, aux Pays-Bas, en suivant les rares panneauxindicateurs, pas toujours explicites, de la saison des fleurs, du niveau desprix, des moulins, de l'euro qui facilite bien les choses en voyage... Etnotre journée s'achève donc, autour d'une tasse de thé.